Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Mbour programme national de développement de la santé : le ministère de tutelle à l’heure de l’évaluation - 21/06/2011 - Le quotidien - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Les Directeurs nationaux et chefs de service ainsi que les partenaires sociaux du ministère de la Santé se penchent, depuis hier à Mbour, sur la revue annuelle conjointe pour évaluer le Programme national de développement de la santé (Pnds). Cette rencontre, la deuxième du genre, se tient à un moment où les organes de coordination et de suivi du Pnds ont connu une certaine léthargie, notamment avec la mission conjointe de supervision qui était absente depuis 2004. D’ailleurs, cette mission a eu lieu, cette année, dans les régions de Louga et de Saint-Louis, contrairement aux co­mités internes de suivi qui se sont tenus en 2010 et 2011. Cette revue annuelle permet ainsi d’avoir l’état d’avancement des différents chantiers en cours au niveau du ministère de la Santé. Elle renseigne aussi sur l’état des indicateurs pour connaître, entre autres, le taux de couverture vaccinale, la lutte contre le paludisme ou la lutte contre d’autres infections. Les stratégies mises en place, même si elles ont montré des résultats dans certains domaines, celle de la lutte contre la mortalité infantile ou la mortalité maternelle doit être corrigée.

Selon le ministre de la Santé, Modou Diagne Fada, qui présidait cette réunion, ce domaine constitue une préoccupation. «C’est à ce niveau-là ou nous avons encore un gap : la mortalité maternelle et infanto-juvénile. Nous remarquons encore qu’il y a des problèmes et que le Sénégal est encore loin des indicateurs qui devraient être ceux de la veille de 2015. Mais, quand-même, nous progressons, même si la progression est lente.»

Les dernières Enquêtes de démographie et de santé (Eds), même si elles restent à confirmer montrent qu’en 2005, il y avait 501 décès sur 100 000 naissances vivantes. Au­jour­d’hui, ces estimations tournent autour de 300 décès sur 100 000 naissances vivantes, alors qu’il faut tourner autour de 120 décès sur 100 000 naissances vi­vantes, d’ici 2015, pour l’atteinte des Omd.

Pour corriger ces dysfonctionnements, le ministre de la Santé se targue d’avoir recruté, l’année dernière, une centaine de sages-femmes et promet de multiplier les maternités qui prennent en charge les femmes enceintes. Dans la même foulée, Modou Diagne Fada annonce que l’hôpital d’enfants de Diamniadio va évoluer vers une structure mère­/enfant.

Cette rencontre a été également une tribune pour le représentant des élus locaux d’inviter le ministre de la Santé à une réforme des comités de santé, mais aussi de l’accès des collectivités locales au Bci (Budget consolidé d’investissement).

Par Alioune Badara CISS (Correspondant)

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !