Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Pratique de la médecine : le ministre de la Santé dénonce l’installation anarchique de cabinets privés - 27/06/2011 - Le soleil - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le ministre de la Santé et de la Prévention, Modou Diagne Fada, a dénoncé l’installation anarchique des cliniques privées dans les grandes villes. C’était lors de l’assemblée générale du Conseil national de l’Ordre des médecins du Sénégal, tenue hier, à Dakar. Le ministre de la Santé et de la Prévention, Modou Diagne Fada, est monté au créneau pour dénoncer des personnes qui exercent la médecine alors qu’elles ne disposent pas de diplômes.

Il a aussi déploré les installations anarchiques de certaines cabinets ou cliniques, sans respect des normes de sécurité. « Cela est de nature à discréditer la profession et à favoriser la paupérisation de la médecine », a indiqué le ministre. Il a reconnu que ces exemples ne concernent qu’une minorité de praticiens. « Mais c’est déjà un grand mal pour un domaine aussi sensible que celui de la santé», a-t-il soutenu.

En rendant hommage aux médecins, il est revenu sur l’importance de la profession dans le dispositif sécuritaire du pays. « Les médecins sont des puissants acteurs du développement économique et social », a dit Modou Diagne Fada. Il a reconnu que l’Ordre est « la plus haute autorité professionnelle en matière médicale » dans notre pays parce qu’il veille au maintien des principes de moralité, de qualité et de dévouement qui sont indispensables à l’exercice de la médecine. L’Ordre travaille aussi au respect des devoirs professionnels et des règles édictés par le Code de déontologie.

Code de la santé

Pour l’appuyer dans ce travail de qualité, le ministère de la Santé a élaboré un Code de la santé qui sera bientôt soumis au législateur. Le président du conseil national de l’Ordre des médecins du Sénégal, Dr Cheikh Amadou Bamba Diop, a souligné que l’objectif de la rencontre est de réfléchir et d’échanger sur l’exercice de la mission mais aussi du rôle que le médecin doit jouer au sein de la société. Il a plaidé pour le renforcement de certaines prérogatives concernant la profession de la médecine et donné quelques conseils aux jeunes médecins. « Vous ne serez jamais riche, mais vous aurez la reconnaissance de vos patients », a-t-il dit. Le Dr Diop a demandé aux médecins de se mobiliser contre l’ouverture anarchique des cabinets et la publicité mensongère. Selon lui, « aucune personne n’a le droit d’installer un cabinet sans l’avis de l’Ordre». Le Dr Jean François Diène a fait une communication sur l’actualité médicale. Membre de l’Ordre, Dr Diene a déploré la démotivation des médecins dans les structures de santé ainsi que leurs maigres salaires alors qu’ils sont surchargés du travail. Il a appelé les médecins à être « plus solidaires ». Les médecins ont offert leur médiation pour la résolution des crises qui secouent le système de santé. Une offre acceptée par le ministre de la Santé.

Eugène KALY

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !