Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Santé du cerveau chez l’enfant selon le Pr gallo Diop : une hygiène de vie à surveiller - 19/07/2011 - Sud Quotidien - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Pour qu’un enfant puisse avoir un cerveau intelligent, il doit dormir suffisamment la nuit et prendre chaque matin son petit déjeuner. En plus, il faut le veiller son alimentation pour lui éviter l’utilisation des produits épicés, trop sucrés et salés. Tel est le contenu du message livré avant-hier par le Professeur Amadou Gallo Diop, neurologue lors d’une conférence organisée au Dahara Seydi Djamil à Fass. C’était sur le thème « le cerveau de l’apprenant et son hygiène ».

La sensibilisation des populations par les professionnels de la santé sur la forte recrudescence des maladies chroniques se poursuit à différents niveaux. Après la conférence organisée récemment par les responsables des mosquées de Point E et d’El Mansour, avant-hier c’était au tour des enfants du Daara Seydi Djamil de Fass d’accueillir les spécialistes médicaux pour discuter du thème innovant du cerveau de l’apprenant et de son hygiène. Une rencontre qui a été suivie par des centaines d’enfants du daara, leurs enseignants, parents, responsables d’ONG, guides religieux ainsi que par d’autres acteurs.

Le Professeur Amadou Gallo Diop, neurologue qui animait la conférence a mis en évidence devant l’assistance l’anatomie du cerveau humain et son fonctionnement. Il a surtout insisté sur l’importance du sommeil nocturne pour les enfants. Pour être clair, le neurologue conseille à ce que les enfants dorment régulièrement 8 heures par jour alors que pour les adultes 6 heures peuvent suffire.

Pour prévenir certaines maladies, le neurologue a insisté sur l’importance de ne jamais sauter le repas du matin pour les enfants. Le petit déjeuner permet, dit-il, de doper l’énergie chez les enfants et leur permettre de mieux tenir la journée. Pour leur environnement le neurologue invite à faire stimuler chez l’enfant le goût de connaître plein de choses dans sa vie. Ce qui suppose une disponibilité à répondre à toutes ses questions.

En ce qui concerne le régime alimentaire, il conseille qu’il soit moins salé, moins sucré et d’éviter le plus possible les produits épicés. Ainsi il va être habitué à un tel régime quant il sera adulte. Ce qui va lui épargner toutes sortes de maladies comme les accidents vasculaires cérébraux (AVC), les maux de tête, l’hypertension, entre autres maladies, dont certains aliments qui sont consommés actuellement, en sont les causes. En témoigne la bouteille de boisson sucrée qu’il compare avec un verre d’eau contenant 17 morceaux de sucre.

Dans sa plaidoirie, le Professeur Gallo Diop est également revenu sur la crise épileptique dont la forme d’amnésie chez l’enfant fait qui suspend son activité pour quelques secondes avant de la reprendre. Il cite en exemple un enfant qui, pour réciter sa leçon s’arrête brusquement pendant quelques secondes avant de continuer. Une forme fréquente de pathologie dont sont victimes sont les enfants de 2 à 8 ans. Il recommande aux enseignants de faire attention face à ces symptômes fréquents et d’évacuer les enfants suspects vers les structures sanitaires pour une prise en charge précoce avant toute complication.

A la suite de sa présentation, d’autres sommités de renommée comme le Professeur Mansour Ndiaye, chef de service neurologie à l’hôpital de Fann, le Pr Habib Sy, chef du service traumatologie de l’hôpital de Grand Yoff et le marabout Mansour Sy Djamil ainsi que des neuro pédiatres ont tour à tour contribué au débat en soulevant divers aspects de la problématique et de la prophylactique des enfants.

Cheikh Tidiane MBENGUE

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !