Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Lutte contre la tuberculose : le Conseil international des infirmières forme 24 infirmiers sénégalais - 25/07/2011 - Walfadjri - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Vingt-quatre (24) infirmiers sénégalais viennent de boucler à Saly Portudal une session de renforcement de capacités sur la lutte contre la tuberculose et la tuberculose multi-résistante. L’Association nationale des infirmiers et infirmières diplômés d’Etat du Sénégal (Aniides) a fait bénéficier à ces infirmiers, maillon important de notre pyramide sanitaire, dudit renforcement de capacités pour leur permettre, une fois de retour dans leurs structures d’exercice, de mieux participer à la prise en charge de la tuberculose avant qu’elle n’évolue vers la forme multi-résistante.

(Correspondance) - Au Sénégal, 7 688 cas de tuberculose sont notés dont 500 cas de la forme contagieuse. L’infection gagne de plus en plus du terrain dans certaines localités où 20 nouveaux cas sont enregistrés quotidiennement. Même si le taux de réussite dans la prise en charge des malades est de 84 %, la maladie devient un réel problème de santé publique du fait notamment de son association avec le Vih-Sida et aussi la pharmaco-résistance notée dans le traitement. Suffisant donc pour renforcer les capacités d’acteurs essentiels et incontournables de la pyramide de santé que sont les infirmiers, dans le traitement de la forme commune afin qu’elle n’évolue vers celle multi-résistante.

Voilà l’intérêt du séminaire de trois jours de formation des formateurs sur la lutte contre la tuberculose et la tuberculose multi-résistante qui a réuni à Saly Portudal 24 infirmiers sénégalais. ‘Le rôle des infirmiers est très important dans la lutte contre la tuberculose. Au niveau de la prévention déjà, le premier niveau c’est la vaccination, la première chose que nous faisons pour lutter contre la tuberculose. Mais aussi dans l’éducation que nous faisons aux populations pour les amener à comprendre ce qu’est la tuberculose. Et aussi au niveau de la prise en charge et du suivi de cette maladie, on peut considérer, pour l’essentiel des cas dépistés au Sénégal, qu’une bonne l’a été par les infirmiers et qu’au niveau du territoire national, les infirmiers sont présents. Donc, nous sommes la cheville ouvrière dans ce système mais surtout dans ce programme national de lutte contre la tuberculose. La tuberculose est une des maladies sociales et, en général, les couches les plus démunies sont les plus affectées. Nous, infirmiers par rapport à leur position dans notre système de santé, sommes les plus proches de ces populations. Par conséquent, notre apport dans la lutte contre la tuberculose ne peut qu’être très important’, a rappelé le Président de l’Association nationale des infirmiers et infirmières diplômés d’Etat du Sénégal (Aniides), Abdou Guèye. ‘Les infirmiers sont des professionnels de la santé ; mais de retour à la maison, ils retournent dans la communauté, dans la société, donc forcément eux aussi peuvent être touchés par cette maladie (la tuberculose).

Donc, il faut renforcer leurs capacités, les sensibiliser davantage pour leur implication dans la lutte contre la tuberculose parce qu’ils constituent la cheville ouvrière du système de santé. Ce sont eux qui animent les structures qui sont directement en contact avec les populations, les structures de base (les postes de santé). C’est là où les populations vont en premier lieu avant d’aller vers les centres de santé de référence, avant d’aller vers les hôpitaux. Si nous capacitons ces personnels de santé, nous allons détecter plusieurs cas de tuberculose, nous allons détecter beaucoup de cas d’affections respiratoires, et cela nous permettra le plus tôt possible avant 2015 d’atteindre les Omd’, a souligné Dr Madou Kane, chargé de la formation et de la recherche au Programme national de lutte contre la tuberculose (Pnt). ‘La tuberculose progresse mais nous sommes capables d’être plus vite que la maladie. Nous devons tout simplement être préparés’, a dit Claire-Anne Crépeau, membre du Conseil international des infirmières (Inc) et co-formatrice dans ce séminaire. ’Il y aura plusieurs aspects qui seront touchés au sujet de l’identification des patients, comment procéder au diagnostic précoce , comment faire les interventions au niveau de la stratégie Dots - traitement par observation dirigée), la partie relationnelle au niveau du rôle de l’infirmier) surtout les parties organisationnelles et aussi relationnelles avec le malade pour qu’on puisse bien comprendre la maladie et être capable de surmonter les obstacles pour avoir un traitement complémentaire et une guérison de cette maladie’, a-t-elle ajouté.

Le Dr Madou Kane a affirmé que l’objectif du Sénégal est d’atteindre un taux de guérison de 90 voire 95 % en 2015. Il a révélé qu’à ce jour, le taux national est de 84 % et que la norme requise au niveau international est de 85 %.

Pape Mbar FAYE

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !