Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Maladies cardiaques : l’accès au pace maker à rendre gratuit ? - 13/09/2011 - Sud Quotidien - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

L’Etat ne devrait –il réfléchir à la mise en place d’un système de sécurité sociale pour assurer la prise en charge globale des malades sénégalais ? Cette question est d’autant plus opportune que les personnes atteintes de maladies cardiaques et sans ressources sont entre la vie et la mort. Ils tapent à toutes les portes pour trouver en vain les moyens, pour leur sauver la vie. Or aujourd’hui, avec les progrès de la science, il suffit juste d’un stimulateur cardiaque ou pace maker pour voir leur espérance de vie allonger de plusieurs années. Mais il faut 1 millions 5 00 millions francs Cfa pour faire fonctionner le cœur comme si rien n’était.

Installer un stimulateur cardiaque ou un pace maker au Sénégal pour soulager les maladies du cœur nécessite beaucoup de moyens. Il faut payer en moyenne 1 million 500 francs Cfa pour avoir droit à l’implantation d’un stimulateur cardiaque. Une somme dont ne disposent pas la plupart des malades issus des couches modestes. Or il est établi que le type d’appareil moderne sous forme de batterie implantée au niveau du cœur du patient pour le restant de la vie permet d’allonger son espérance de vie.

Selon un des spécialistes de la question, la science permet aujourd’hui d’intervenir jusque dans la région cardiaque du malade sans ouvrir son cœur. Il suffit simplement de faire monter des sondes et par ce biais on peut arriver aux artères pour, soit stimuler une partie du cœur, soit déboucher sur l’artère.

Dans un pays comme le nôtre, dit-il, où les maladies cardiaques constituent la deuxième cause (ou première) de décès juste après le paludisme, ces outils destinés au traitement des maladies cardiovasculaires dont l’utilisation est assez complexe, doit faire penser urgemment à la question du coût onéreux de la prise en charge. Car dans les structures sanitaires des chiffres révèlent que de nombreux sénégalais meurent dans les lits d’hôpitaux parce qu’ils n’ont pas les moyens de se payer le pace maker.

A L’hôpital Le Dantec, un accompagnant d’une patiente soutient avec tristesse qu’ils sont à la recherche en vain depuis des mois de moyens pour l’achat d’un pace maker pour sauver la vie de leur malade. Ils sont nombreux, renseigne-t-ils, ceux qui sont dans la même situation. Une situation pénible que reconnaissent les professionnels du secteur qui disent être confrontés quotidiennement à ces types de cas face auxquels ils n’ont que leurs yeux pour regarder mourir les malades. C’est pourquoi ils pensent qu’il y a lieu d’accélérer le processus de la mise en place de l’Assurance maladie.

Surtout que d’après certaines études plus de 80 % des sénégalais n’ont pas de prise en charge médicale. Et en ce qui concerne le pace maker ce sont des centaines de patients subissent annuellement cette implantation contre des milliers d’autres qui en ont mais sans moyens.

Cheikh Tidiane MBENGUE

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !