Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Service de cancérologie de l’hôpital Aristide Le Dantec : point de chute des cancéreux aux moyens limités - 24/09/2011 - Walfadjri - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Il est neuf heures au service de cancérologie de l’hôpital Aristide Le Dantec, ce 29 août. Comme tous les lundis matin, l’institut refuse du monde. De nouveaux patients viennent pour effectuer leurs traitements, certains pour la chimiothérapie, d’autres pour la radiothérapie. C’est dans un modeste bâtiment, à deux niveaux, qu’est aménagé l’Institut de cancérologie de l’hôpital Le Dantec. Au rez-de-chaussée, une petite salle d’attente avec plus loin une salle de chimiothérapie, une pièce d’environ 30 m². Au premier, un escalier, permet l’accès à une autre salle de chimio et d’hospitalisation. Sur place, une terrasse, qui précède les lieux, fait office de salle d’attente pour les patients.

Aménagés en plein air, ce vestibule n’ayant pour seul toit que des ardoises, couvrant la moitié de l’endroit, offre le décor d’une foule d’accompagnants de malades et de femmes atteintes de cancer, qui attendent de recevoir leur traitement. Ces dames, la mine triste, sûrement du fait de l’angoisse et de l’épuisement, se muent dans un silence partiel, rythmé par quelques murmures qui s’échappent de temps à autre d’un coin de la place. A côté, gisent en désordre les bagages des malades en provenance des régions.

Avec cette forte chaleur d’été, où le soleil darde ses rayons, l’attente n’est pas commode. Certaines, excédées par la chaleur, rassemblent leurs forces pour atténuer leurs souffrances en s’éventant ; tandis que d’autres, gagnées par la faiblesse et la douleur, s’affalent à même le sol ou encore sont plongées dans une profonde méditation...

La vie de ces femmes tient plus dans l’espoir que dans les traitements qu’elles reçoivent. L’espoir de recouvrer la santé, mais surtout, de trouver les fonds nécessaires afin de subvenir convenablement aux besoins des soins. Il est bientôt 13 h. Le soleil darde plus ardemment ses rayons. L’institut désemplit peu à peu. Ceux qui ont déjà subi les traitements, l’air affaibli, s’empressent de quitter les lieux, sous le regard anxieux de ceux qui attendent leur tour. Ils reviendront demain inévitablement pour une autre séance de ‘torture’ sanitaire, mais combien importante dans leur convalescence.

Gogo Fatou Kane THIELLO (Stagiaire)

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !