Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Mission de la commission santé dans la région de saint-louis : les députés « scrutent » la chaîne du froid pharmaceutique - 30/09/2011 - Sud Quotidien - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

De réels progrès ont été réalisés, dans la région de Saint-Louis, en matière de conservation des vaccins. Les députés de la Commission santé qui étaient en visite sur le terrain, ont pu s’informer sur la chaîne du froid pharmaceutique avec le projet que l’Etat du Sénégal est en train d’expérimenter dans cette région. Le nouveau système avec ses entrepôts mobiles a fait gagner en temps, économies et surtout en qualité. Mais le vrai problème avec ces équipements, c’est la maintenance. Les élus du peuple dont une partie de la mission a été financée par le Fed, demandent la généralisation progressive du projet au niveau d’abord des régions du Sud et de l’Est.

Dans sa mission de contrôle et d’évaluation les politiques publiques de l’Etat, la commission santé et de l’action sociale de l’Assemblée nationale s’est intéressée à la chaîne du froid pharmaceutique pour la conservation des vaccins au niveau de la région de Saint-Louis. Le projet test de la chaîne du froid logé dans les locaux du Programme national régional d’approvisionnement (Pnra) et dont les activités ont démarré depuis mars dernier, a fait des résultats probants. Le président de la commission santé, le Dr Omar Ndoye et ses collègues Ndiawar Wade et Fatou Mangara, ont pu ainsi mesurer, sur le terrain, les efforts du gouvernement.

De la région médicale de Saint-Louis à Pété (département de Podor), en passant par Richard Toll, Dagana, Podor, les locaux Pnra de Saint-Louis, les membres de la commission santé ont interrogé les médecins chef des districts sur le fonctionnement de la chaîne du froid. Les élus du peuple ont voulu savoir si la chaîne du froid fonctionne normalement, s’il n’y a pas de rupture du point de départ, c’est-à-dire de la Pharmacie nationale d’approvisionnement (Pna) au poste de santé, en passant par la pharmacie régionale d’approvisionnement et les districts sanitaires. Il s’agit en clair de voir si l’ensemble des opérations logistiques fonctionne normalement depuis la phase d’approvisionnement, de stockage, jusqu’à la livraison et la maintenance. Le souci des députés est que des vaccins périmés, du fait d’une mauvaise conservation, ne soient utilisés dans le cadre des campagnes de vaccination, devenant du coup toxique pour les populations. A toutes ces interrogations, les députés ont pu avoir des réponses de la part des médecins chefs des districts sanitaires. Tous se sont réjouis du projet du gouvernement de la chaîne du froid pour la conservation des vaccins et autres produits sanitaires qui est dans sa phase test.

Cartographie de la chaîne du froid

La rencontre avec le médecin-chef de région, Dr Mamadou Ndoye, a permis aux élus du peuple d’avoir une photographie de la situation sanitaire, notamment de la chaîne du froid. Il s’est d’abord réjoui de cette mission : « c’est un bon signe que des députés s’intéressent aux préoccupations des populations. Et cela a un double intérêt : nous conforter dans ce que nous techniciens faisons et venir constater les réalités sur le terrain »

La région de Saint-Louis, dit-il, est très exposée en matière de paludisme à cause de ses conditions géographiques et hydrographiques. Par contre, en ce qui concerne le VIH, le taux de prévence est inférieur à la moyenne nationale.

Pour ce qui est de la chaîne du froid, on était arrivé, dit-il, à une situation où les capacités traditionnelles de stockage n’étaient plus opérationnelles pour les nouveaux vaccins. Et le nouveau système mis en place par le gouvernement a une capacité organisationnelle pour assurer le processus d’approvisionnement et de distribution des vaccins, des entrepôts de la pharmacie nationale d’approvisionnement (Pna) à la pharmacie nationale régionale jusqu’au poste de santé, en passant par les districts sanitaires. Le système permet de vérifier la qualité des vaccins en relevant la température matin et soir, avec des données numériques.

Réfrigérateurs True Energy

Un tour dans les locaux de la pharmacie nationale régionale d’approvisionnement de Saint-Louis, a permis au député d’apprécier la haute technologie en matière de chaîne du froid. Douze réfrigérateurs True Energy sont utilisés pour la conservation des vaccins. Ils peuvent, selon Dr Thierno Nourou Guèye, le patron de la Pnra, fonctionner durant deux semaines en cas de coupure d’électricité. Les vaccins Penta, anti tétanique (Vat), le Var, vpo, Vaa, Bcg sont stockés dans ces réfrigérateurs True Energy où il y a de la place pour d’autres vaccins. En plus, deux frigos sont en réserve. Il est envisagé d’utiliser des étagères pour occuper plus de places dans la conservation des vaccins.

Le projet a deux camions entrepôt mobile, de même qu’un véhicule Pic Up qui transporte, dans des conditions optimales, les vaccins au niveau des districts sanitaires de la région de Saint-Louis.

Richard Toll : des mallettes en panne

Les districts sont servis en vaccins chaque mois. C’est le cas à Richard Toll. Malheureusement, dira Dr Algai Ngom, médecin du district, il y a des postes de santé où l’on continue à utiliser des réfrigérateurs domestiques. D’autres n’ont pas de moto pour les infirmiers et qui leur permettent de rallier les villages les plus reculés. Les mallettes (réfrigérateurs) du poste de santé de Diouth sont tombées en panne. Conséquence, les vaccins sont gardés à Richard Toll. Cela est valable pour les localités de Déby, Galomane et de Rosso, Le district n’a plus de groupe électrogène. « Nous voulons des réfrigérateurs mixtes dans les postes de santé. Il y a un sérieux problème de maintenance. Dans tout le district il n’y a pas de maintenancier. Mieux, le district n’a pas de salle de conférence », confie Dr Dr Algai Ngom.

Aussi, au nombre des doléances, les autorités sanitaires de la localité sollicitent la construction d’un hôpital à Richard Toll. Les études de faisabilité ont été faites, mais les choses semblent bloquer au niveau de la participation de la Css.

Dagana : 90% de couverture vaccinale

Cap sur Dagana. Dr Alassane Ndiaye, médecin du district sanitaire qui accueille la délégation des membres de la commission santé de l’Assemblée nationale. Il informe les députés que des enfants de 0 à 11 mois, au nombre de 3816, sont concernés par la vaccination. Le district compte douze postes de santé, douze cases de santé, deux médecins, 3 sages-femmes, et vingt et un infirmiers. Il a deux véhicules de supervision, quatre ambulances, douze motos amorties et seize réfrigérateurs dont quatre sont en panne. Les réfrigérateurs ont plus de sept ans d’existence. Le district a incinérateur et accueille trois spécialistes en vaccinologie. Tous les moyens ont permis de se fixer un objectif de 90 % de la couverture vaccinale. Ce qui est au-dessus de l’objectif national qui est de 80 %, explique-t-il. Ainsi, au-delà de l’absence d’outils de sensibilisation dans le domaine du Pev, des problèmes d’évacuation des urgences, d’ambulance dans le Diéry et du déficit en sages-femmes, quatre réfrigérateurs de rechange et six mallettes sont tombés en panne. Dr Alassane Ndiaye précise que tous les postes de santé ont un chacun une mallette pour la conservation des vaccins. « Le nouveau système nous permet de gagner en temps, énergie, qualité et en économies », confie-t-il.

Fada sauve Pété

La dernière localité visitée par les députés, après un détour à Podor, est Pété. Le district de santé compte 25 postes de santé, 26 infirmiers, 6 sages-femmes et un médecin. Chaque poste a une mallette pour la conservation des vaccins. Le district est doté de deux véhicules et deux ambulances. Le Dr Serigne Amdy Thiam, le médecin du district explique que « le ministre de santé, Modou Fada Diagne a été sensible à nos doléances et a doté le district de mallettes pour la conservation des vaccins. Avant son intervention l’ensemble des réfrigérateurs était tombé en panne ». Il a aussi indiqué, pour la chaîne du froid, des problèmes de maintenance. Et souhaite avoir un stock de sécurité de vaccins au niveau du district. Les députés ont pu constater la rupture en Act que le médecin Dr Serigne Amdy Thiam explique par les problèmes auxquels la Pna était confrontés.

Les efforts de l’Etat salués

Tirant le bilan de la visite au niveau de ces district, Dr Omar Ndoye, le président de la Commission santé de l’Assemblée nationale, déclare : « Nous avons constaté les efforts du gouvernement et l’Assemblée nationale se doit de féliciter l’initiative du chef de l’Etat exécutée et concrétisée par le ministre de la santé, Modou Fada Diagne », souligne-t-il, avant de faire remarquer : « Il y a quelque temps les médecins des districts sanitaires étaient obligés d’aller à Saint-Louis pour se ravitailler en vaccins. Mais aujourd’hui avec les entrepôts mobiles, les progrès se traduisent en termes de gain financier, de temps, de qualité, pour une meilleure prise en charge des patients, bien entendu un impact positif sur la gestion de la santé des populations ».

Les failles du système

Le président de la commission santé de l’Assemblée nationale indique que tout n’est pas rose dans ce système. Il constate avec ses collègues que des postes de santé n’ont pas de mallettes pour conserver les vaccins ; qu’il existe de réels de maintenance. « On ne peut pas faire de gros investissements en ne prenant pas les dispositions nécessaires pour assurer la pérennisation des équipements. Il faut pour cela une maintenance préventive et curative », confie Dr Omar Ndoye. Les députés ont constaté, à Pété, qu’il y a des mallettes qui ne fonctionnent qu’avec de l’électricité et avec les longues coupures, les dégâts sont vite constatés. « Il faut fiabiliser et renforcer le système en mettant dans chaque district une armoire hybride et des stocks de vaccins », dit-il.

Généraliser le projet

Le président de la commission santé est pour la généralisation progressive du projet de la chaîne du froid mobile. « Il s’agit d’un projet innovant, avant-gardiste. Nous sommes pour une extension très rapide dans les régions du Sud et de l’Est, avant Dakar et environs », souligne l’élu du peuple qui lance un appel au ministre de l’économie et des finances : « Certes, la santé, ce n’est pas tout, mais sans elle, il n’y a rien. C’est pourquoi nous demandons au ministre de l’économie de renforcer le ministère de la santé qui est en train d’abattre un excellent travail ».

Rappelons qu’avant la visite dans les sites, la délégation des députés a rencontré le gouverneur de Saint-Louis pour lui expliquer le sens de sa mission.

Bacary Domingo MANE

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !