Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Lutte contre le VIH : objectif du SENEGAL - 15/11/2011 - Le soleil - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Avec une prévalence de 0,7%, le Sénégal a capitalisé et renforcé les acquis en termes de prévention du VIH/Sida. Aujourd’hui, la nouvelle vision du Conseil national de lutte contre le Sida (Cnls), est d’avoir, à l’horizon 2015, zéro nouvelle infection, zéro décès lié au VIH/Sida et zéro stigmatisation.

En matière de lutte contre le VIH/Sida, le Sénégal est en train de marquer de bons points. C’est ce qui ressort de la réunion du Cnls sur la pandémie à Saint-Louis. Cette rencontre a permis de partager, avec le niveau régional, la situation de l’épidémie dans le monde afin de permettre aux acteurs du niveau décentralisé, d’être en phase avec l’actualité de l’épidémie. Cette réunion a également occasionné le rappel des importants résultats capitalisés ces 5 dernières années. Selon le Dr Ibra Ndoye, coordonnateur du Cnls, ces résultats montrent que le Sénégal est à une prévalence de 0,7%. Cela concorde, avec ceux de la surveillance sentinelle chez les femmes enceintes. Cela signifie, explique le Dr Ndoye, que le Sénégal a capitalisé et renforcé les acquis en termes de prévention du VIH.

Résultats probants

«La cible jeune (15-24 ans), a enregistré les résultats les plus importants avec une prévalence qui est passée de 0,5% en 2005 à 0,3%», a-t-il noté. Aussi, la féminisation de l’épidémie a diminué. D’autres baisses ont été encore enregistrées notamment chez les travailleuses du sexe avec un taux passé de 19,8 à 18,5%. Chez les pêcheurs, il est passé de 1 à 0,8%, de 1,2 à 0,6 % chez les camionneurs et de 0,6 à 0,2% chez les policiers. «Il faut également préciser que, de 2000 à aujourd’hui, 4.800 nouvelles infections ont été enregistrées. Elles concernent des adultes de plus de 15 ans, tandis que 59.000 nouvelles Personnes vivant avec le VIH, dont 32.000 femmes ont été enregistrées», a indiqué le coordonnateur du Cnls.

Pour les orphelins et enfants vulnérables affectés par le VIH/Sida, le Dr Ibra Ndoye a indiqué qu’ils sont au nombre de 19.000, tandis que 2.600 décès liés au VIH ont été recensés. Ces résultats, selon le Dr Ndoye, sont le fruit d’efforts concertés dans un cadre multisectoriel. Mais, si ces résultats constituent des motifs de fierté, la lutte contre le VIH/Sida est loin d’être gagnée. Pour y arriver, le Sénégal devra encore remporter d’autres batailles. Il s’agit d’arriver à zéro nouvelle infection, zéro décès lié au VIH et zéro stigmatisation.

Par Samba Oumar FALL

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !