Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Ressources humaines en santé : le Sénégal ne compte que 32 orthopédistes - 10/01/2012 - Le soleil - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

La Société sénégalaise d’orthopédie et de traumatologie accueille, cet après midi à Dakar et jusqu’au 14 janvier, le 13ème Congrès des orthopédistes de langue française. Face à la presse, ses membres ont révélé que le nombre de cas de traumatismes a augmenté alors que le Sénégal ne compte que 32 orthopédistes.

Au Sénégal, deux tiers des patients admis dans les services d’urgences des hôpitaux souffrent de traumatisme. Dans les blocs opératoires, les services d’orthopédie occupent plus de 30% des actes chirurgicaux. Ces informations ont été données, hier, 9 janvier 2012, par le Pr. Mouhamadou Habib Sy, chef du service d’orthopédie de l’Hôpital général de Grand Yoff et président du Comité scientifique du 13ème congrès de l’Association des orthopédistes de la langue française (Aolf), dont les travaux s’ouvrent cet après midi, à Dakar. En prélude à ce congrès, les membres du comité d’organisation ont tenu une conférence de presse à l’Université de Dakar.

A cette occasion, ils ont fait le point sur l’état actuel de l’orthopédie-traumatologie, notamment en termes de ressources humaines et de moyens de prise en charge.
Selon le président du Congrès, le Pr. Seydina Issa Laye Sèye, le Sénégal compte 32 orthopédistes pour 13 millions d’habitants. Le chiffre est confirmé par le Pr. Mouhamadou Habib Sy qui a déclaré que notre pays a un orthopédiste pour 300.000 habitants, alors que les normes tournent autour d’un spécialiste en orthopédie pour 30.000 habitants.

Les 70% de ces spécialistes officient à Dakar. Ce qui fait que la capitale sénégalaise dispose d’un orthopédiste pour 75.000 habitants, alors que dans les régions, il y a un orthopédiste pour 700.000 habitants. Seulement, souligne le Pr. Seydina Issa Laye Sèye, plusieurs capitales régionales disposent d’un orthopédiste. «Il n’y a que les nouvelles régions de Sédhiou et Kaffrine qui n’ont pas encore d’orthopédistes», a-t-il avancé.

Le président du comité scientifique Mouhamadou Habib Sy, en abordant la question de la prise en charge, a rappelé que la spécialité nécessite des moyens aussi bien financiers que matériels pour mieux soulager les malades. Pour le moment, le patient est obligé de supporter les frais de prise en charge et l’achat des implants, ce qui est excessivement cher. «Nous avons proposé aux autorités la création d’une caisse de solidarité pour la disponibilité des implants dont une partie du coût sera portée par le malade. L’hôpital et l’Etat prennent le reste», a fait savoir le Pr. Habib Sy.

Il a révélé qu’à l’Hôpital Général de Grand Yoff, sur les 16.000 malades reçus annuellement, 11.000 souffrent de problèmes liés à la traumatologie. Sur les 4000 patients opérés, 1700 sont relatifs à l’orthopédie. Suffisant pour qu’il plaide pour que l’on donne plus de moyens aux hôpitaux pour une meilleure prise en charge des personnes victimes de traumatisme. Le doyen de la Faculté de Médecine, de Pharmacie et d’Odonto-stomatologie, le Pr Abdarahamane Dia, a révélé que l’orthopédie-traumatologie est un problème de santé publique et mérite d’avoir plus de moyens pour une prise en charge correcte des victimes.

Le président du comité d’organisation, le Pr. Souvassin Diouf, a informé que le congrès sera une occasion, pour les 300 participants, de promouvoir la recherche et la formation en chirurgie, en vue de développer l’orthopédie.

Les conférenciers parleront des pathologies locales telles que la drépanocytose qui est une maladie qui pose des problèmes orthopédiques, car les patients traînent souvent des complications articulaires. «Nous allons, aussi, parler d’une maladie particulière telle que l’hémophilie qui, pour des moindres blessures, le sang s’accumule au niveau des articulations et ceci pose des problèmes au malade», a-t-il souligné.

Les spécialistes francophones vont discuter des sujets pointus sur l’orthopédie-traumatologie, car, chaque jour, il y a des avancées extraordinaires qui se font dans ce domaine. Il est aussi prévu des communications orales, des symposiums, des tables rondes, des ateliers, des foras grands publics…

Eugène KALY

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !