Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Le cardiologue Abdoul Kane relève un déficit de prévention de l’embolie pulmonaire - 05/01/2012 - Le soleil - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le Pr. Abdoul Kane, cardiologue, a révélé que l’embolie pulmonaire, une pathologie qui touche l’appareil respiratoire, contrairement aux assertions anciennes, est aussi fréquente en Afrique qu’en Europe.

Le chef de service de Cardiologie de l’Hôpital général de Grand-Yoff, le Pr. Abdoul Kane, a présenté une communication sur une maladie peu connue en Afrique mais qui a des incidences dramatiques sur la santé des africains. Il s’agit de l’embolie pulmonaire. «C’est une maladie veineuse due à la formation d’un caillot dans une veine. Ce caillot peut migrer vers le cœur ou le poumon», rapporte le cardiologue qui a animé, à Dakar, une conférence lors du 27ème congrès de la Société d’anesthésie-réanimation d’Afrique noire (Saranf), couplé au 5ème congrès de la Société sénégalaise d’anesthésie-réanimation et de médecine d’urgence. Selon un site visité, cette migration d’un thrombus dans la circulation pulmonaire est à l’origine d’une diminution, voire de l’arrêt du flux sanguin en aval du caillot. De plus, lorsque l’occlusion atteint 50%, elle favorise une hypertension artérielle pulmonaire et éventuellement une défaillance cardiaque droite. Le caillot se forme souvent à l’endroit où la paroi d’une veine est lésée. Elle peut être accidentelle (fracture d’une jambe ou du col du fémur). Elle peut être, aussi, causée par une agglomération microbienne ou parasitaire liée à des fragments de tissus nécrosés, alors que si l’on se réfère au site «www. Doctissimo.fr », l’embolie pulmonaire graisseuse est accidentelle. Elle survient lorsqu’un liquide graisseux est introduit dans le sang par manipulation. La méconnaissance de cette maladie explique, en partie, le peu d’intérêt et d’investissements que les autorités accordent à la prise en charge des malades. Les plateaux techniques de plusieurs structures hospitalières sont sous-équipés. «Nous avons rappelé les principes de diagnostic de cette maladie qui n’est pas toujours facile.
Plusieurs études nous confortent que c’est une maladie aussi fréquente en Afrique qu’en Europe», note le cardiologue. Les grossesses, les cancers, les hospitalisations prolongées sont des facteurs qui favorisent la maladie. Sa part, dans les hospitalisations, est, de plus en plus, prépondérante. En France, l’embolie pulmonaire est responsable de 10% des décès dans le milieu hospitalier. Une étude rendue publique vient de montrer un déficit de la politique de prévention. «Le plus souvent, on oublie la prévention ou elle est souvent mal faite. C’est un gros défi pour tous les professionnels de la santé», indique le Pr. Kane.

Idrissa SANE et Eugène KALY

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !