Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Août/Septembre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Publication scientifique : l’apport de l’Afrique encore trop faible - 17/01/2012 - Sud Quotidien - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

En matière de recherche scientifique, les Etats Unis sortent du lot avec 1,4 million d’articles publiés entre 2005 et 2009. Tout le continent de l’Afrique réuni, pendant ce temps, ne produit même pas les 2 % des publications mondiales par an. Ce qui démontre que l’apport de l’Afrique dans la recherche mondiale demeure très marginal en dépit des potentialités énormes dont elle regorge. Du moins c’est le constat amer reflété hier lundi dans le discours du virologue de renommée internationale le Pr Souleymane Mboup. C’était à l’occasion de la cérémonie d’ouverture du premier atelier francophone de rédaction d’articles scientifiques qui se tient depuis ce lundi et ce pour une dizaine de jours à l’Hôpital A Dantec.

La recherche scientifique reste le parent pauvre des systèmes de santé en Afrique. C’est l’amer constat fait hier par des scientifiques en conclave à Dakar sur ces questions à l’occasion d’un atelier qui regroupe des participants de sept pays d’Afrique. Ils ont rappelé le retard énorme accusé par l’Afrique dans le domaine de la recherche. En effet la communauté scientifique publie chaque année des millions d’articles dans quelque 25 000 revues biomédicales. Mais selon le Professeur Souleymane Mboup de l’hôpital Aristide Le Dantec, «la majorité de ces articles scientifiques publiés dans le monde concernant les innovations médicales et biologiques émanent des Etats Unis».

C’est dire, en d’autres termes que les scientifiques américains sont les plus actifs sur le plan mondial puisque rien qu’entre 2005 et 2009 ils ont produit au total 1,14 millions d’articles scientifiques dont les 250 000 ont été publiés dans la seule année de 2009. Ainsi de l’avis du même spécialiste dans le domaine du Sida l’Afrique qui demeure le continent le plus affecté par la pandémie traine réellement les pieds dans la recherche sur le sujet. En témoignent les indicateurs de moins de 2 % de publications scientifiques par an pour tout le continent réuni. Ce qu’a du reste dénoncé le Professeur MBoup. C’est pourquoi il a qualifié de très marginal ce rapport en dépit des énormes potentialités dont regorge le continent.

92 % des publications éditées en anglais

L’autre difficulté de taille évoquée par le Professeur Moup sur les questions de recherche a porté sur l’usage du français dans les publications scientifiques et techniques qui continuent à décliner non seulement dans le monde mais également au sein de la francophonie à cause de la langue anglaise qui est en train de dominer le monde. Car trois publications scientifiques et techniques sur quatre dans le domaine de la cherche sont en langue anglaise. Il a renseigné également que rien dans les sciences physiques et les mathématiques 90% des publications sont éditées en langue anglaise. De même que 92 % des publications de l’institut du cancer de Montréal et de l’institut de recherche en énergie d’hydro Québec sont faites par cette même langue. Selon la même source la tenue de cet atelier sur la rédaction d’articles scientifique qui sera accompagné d’un cours intensif en anglais vise à combler ce gap énorme constaté dans le continent.

D’autres scientifiques qui prennent part à cet atelier ont interpelé les chercheurs africains sur cette compétition mondiale avant de leur appeler à renforcer leurs capacités et se mettre ensemble en vue de peser lourdement sur la scène internationale.

Le représentant du ministre de la Santé lui est revenu dans ses propos à l’ouverture de ce premier atelier francophone sur l’impact certain de la recherche sur la santé publique des populations africaines.

Cheikh Tidiane MBENGUE

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !