Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Cancer du col de l’utérus : près de mille femmes dépistées en 72 heures - 30/01/2012 - Walfadjri - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Elles ont été près d’un millier les femmes des quartiers populaires de Dakar à être dépistées du cancer du col de l’utérus la semaine dernière. Une opération qu’elles ont subie sans avoir déboursé un sou grâce à la politique de santé de la reproduction (Sr) de la Ville de Dakar, en collaboration avec Medisol International.

Le maire Khalifa Sall et la présidente de Medisol International, le Dr Rose Wardini ont grandi dans l’estime des femmes pour qui une politique de santé de la reproduction (Sr) est entamée, la semaine dernière, dans le territoire de la ville de Dakar. Mercredi, jeudi et vendredi derniers, les habitantes des quartiers populaires de Dakar dont Grand-Yoff, Médina et Parcelles assainies ont accueilli, chez elles, la campagne de 72 heures de dépistage gratuit du cancer du sein et du col de l’utérus. 80 mille F Cfa, c’est le montant qu’elles auraient dû débourser, si elles s’étaient rabattues sur les hôpitaux pour la même opération.

Au total, elles ont été 855 femmes à avoir été dépistées soit 255 à Grand-Yoff, 300 à la Médina et 300 autres aux Parcelles assainies. Une mobilisation record, selon le Dr Rose Wardini. La gynécologue qui n’est pas encore en mesure de publier les cas cliniques, l’explique toutefois par la double technique utilisée par ses services pour faire le travail. ‘Toutes les femmes ont été soumises à la méthode classique de dépistage qu’est le frottis qui permet de prélever des cellules à la surface du col pour les analyser à la microscopie.

Elles ont aussi été dépistées par Inspection visuelle à l'acide acétique (Iva) et Inspection visuelle à l'aide du soluté de Lugol (Ivl). Les cas cliniques décelés à partir des deux méthodes sont en train d’être confrontés au Centre international de recherche sur le cancer à Dakar. Après quoi, les résultats définitifs pourront être tirés de la campagne de 72 heures de dépistage du cancer du col utérin’, confie Dr Wardini jointe hier par téléphone. A en croire la spécialiste, le cancer du col de l’utérus est le premier cancer chez la femme et fait énormément de ravages dans les pays en voie de développement. Dr Vardini de révéler qu’il ne se passe pas un jour sans qu’il y ait des décès causés par le cancer du col de l’utérus dans les hôpitaux.

La gynécologue explique cette mortalité fréquente liée au cancer du col de l’utérus par l’absence de réflexe chez les femmes de faire un dépistage. Dr Wardini pense que les femmes et les jeunes filles ayant déjà une vie sexuelle sont endormies par ce cancer qui s’installe sournoisement sur une dizaine voire une trentaine d’années. Une absence de réactivité des femmes qui pose aujourd’hui de sérieuses difficultés dans la prise en charge de la maladie. ‘Pourquoi en arriver au stade de prise en charge d’un malade de cancer, alors que les chances de survie sont minimes ?’, s’interroge-t-elle. C’est ainsi qu’un accent particulier aura été mis sur l’information pour inculquer le reflexe du dépistage aux populations au cours de cette campagne de dépistage, informe Dr Wardini.

Ainsi, pendant deux ans que va durer le partenariat entre la Ville de Dakar et Medisol International, ce sont 700 millions de nos francs qui vont être épargnés et affectés à d’autres domaines d’intervention de la municipalité. ‘Au terme de deux gestions, les demandes d’assistance revenant des femmes de Dakar concernaient généralement les cancers du sein et du col de l’utérus. Et nous nous sommes rendu compte que 350 millions dépensés annuellement risquaient de ne pas être efficaces ou pertinents, si une action de prévention n’était pas menée’, indique le maire Khalifa Ababacar Sall.

Avec Medisol International, la Ville de Dakar envisage une campagne de prévention à l’intention des mineures notamment des filles qui n’ont pas encore de vie sexuelle. Ce volet comportera la prévention de la maladie chez les jeunes filles à travers la sensibilisation et la vaccination au niveau des écoles élémentaires et les établissements du secondaire. La tranche d’âge de cette cible sera comprise entre deux et douze ans et peut-être seize ans, précise M. Sall, estimant que c’est la meilleure prévention qui existe contre le cancer du col de l’utérus.

En outre, le maire de la Ville de Dakar annonce l’ouverture, en février prochain, d’un laboratoire d’exploration à Dakar. L’infrastructure qui est érigée à Liberté VI, prendra en charge les hémodialysés et les malades du cancer du sein et du col de l’utérus.

A. SIDY

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !