Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Journée mondiale du rein : quelque 500 patients dépistés à l’Ugb - 08/03/2012 - Le soleil - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

La journée mondiale du rein, célébrée hier, a été une occasion pour l’Ufr des Sciences de la santé de l’Ugb de sensibiliser les populations sur les maladies rénales et de les dépister. Quelque 500 patients ont pu bénéficier d’une analyse d’urine et d’une prise de la tension artérielle. Le Pr. Lamine Guèye, directeur de l’Ufr des Sciences de la santé a noté que cette opération s’inscrit dans une dynamique de prévention des maladies chroniques.

Ce dépistage, a-t-il indiqué, consiste à vérifier les reins, mais surtout à dépister deux maladies fréquentes au Sénégal qui évoluent, parfois, vers des complications rénales. Il s’agit du diabète dont la prévalence augmente de plus en plus et de l’hypertension artérielle qui touche toute les tranches d’âge, surtout les adultes. « Quand on dépiste le diabète et l’hypertension artérielle et qu’on les traite, la maladie rénale ne vient pas. Par contre, si ces deux maladies sont méconnues et évoluent jusqu’à toucher les reins, c’est trop tard, parce que le traitement est très lourd. Parfois, il faut une transplantation rénale qui ne se fait pas encore au Sénégal. Sur ce, nous préférons la prévention », a expliqué le Pr. Guèye. Il n’a pas manqué de déplorer l’augmentation du nombre de patients souffrant de ces deux maladies susmentionnées.

Le Pr. Guèye a rappelé que le thème majeur de la recherche en Ufr 2S est l’étude de maladies chroniques non transmissibles au Sénégal. « Notre politique de santé s’était focalisée, depuis les indépendances, sur les maladies transmissibles, parce que leur prévalence était élevée. Elle a, ainsi, négligé, de manière souvent inconsciente, les maladies chroniques non transmissibles dont la prise en charge a pris beaucoup de retard par rapport au paludisme, à la tuberculose et au Sida », a-t-il soutenu. Et M. Guèye de rappeler l’urgence de déclencher l’alerte pour lutter contre ces maladies. « Si on ne le fait pas, ce que nous avons gagné contre les maladies infectieuses sera complètement détérioré par l’évolution de ces maladies », a-t-il fait savoir. « Il y a, aujourd’hui, beaucoup de patients hypertendus, diabétiques. C’est pour cette raison que nous orientons notre axe de recherche sur ces maladies. D’où l’intérêt de sensibiliser les populations sur les comportements à avoir pour les éviter », a-t-il noté. Et d’affirmer : « ces maladies, bien que graves, peuvent être prévenues ».

Samba Oumar FALL

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !