Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Lutte contre les maladies tropicales négligées : la région médicale va en guerre contre la bilharziose à Kolda - 17/04/2012 - Le soleil - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

La région médicale organise une campagne de distribution gratuite de médicaments contre la bilharziose et les parasitoses intestinales pour une durée de six jours. Elle est destinée aux enfants âgés de 5 à 14 ans et à toutes les populations exposées à ces maladies. Les populations de la région de Kolda attendent avec espoir et inquiétude la saison des pluies qui démarre, en principe, dans quelques semaines.

Car, au Fouladou, l’hivernage rime souvent avec maladies. On note en effet, chaque année, une recrudescence de certaines maladies hydrides comme les bilharzioses (urinaire et intestinale) et les parasitoses intestinales pendant la période hivernale. Pour inverser la tendance, la région médicale organise, à partir d’aujourd’hui, (ndlr : ce mercredi) et ce, pendant six jours, une vaste campagne de distribution gratuite de médicaments contre ces maladies. « C’est une campagne de masse qui va cibler les enfants âgés de 5 à 14 ans qui se trouvent dans les écoles et les daras et hors de ces cycles. Elle va aussi cibler toutes les populations exposées à ces maladies. Il y a des paramètres qui nous permettent de déterminer les facteurs d’exposition d’une population donnée par rapport à la maladie », déclare le Docteur Barnabé Gningue, médecin-chef de la région médicale qui précise à l’intention des populations, que le traitement est tout à fait gratuit.

Il faut dire que ces maladies sévissent quasiment durant toute l’année, au Fouladou. Mais, les zones disposant des cours d’eau stagnante et des cours d’eau douce sont les plus exposées. D’après le Docteur Gning, la bilharziose est transmise par le séjour prolongé dans ces eaux stagnantes. Il estime à ce propos, que les populations peuvent jouer un rôle essentiel dans la croisade contre ces maladies tropicales négligées. Pour réussir ce pari, la région médicale a élaboré une stratégie de communication et de sensibilisation en direction de ces populations. « Nous allons mener une vaste campagne de communication et d’information sur le rôle que les populations peuvent jouer pour prévenir ces maladies et se faire soigner le plus rapidement possible dès qu’elles constatent les signes de la maladie d’autant plus que ce sont des maladies qui sont souvent, considérées comme étant bénignes », dit-il. Parallèlement, la région médicale compte mener une vaste campagne de dépistage et de prise en charge des cas sporadiques de bilharziose dans le cadre de ses activités de routine. Les techniciens de la santé vont, de concert avec les populations concernées, identifier et traiter ces maladies conformément aux directives du ministère de la Santé. A en croire le Docteur Gningue, le moyen de traitement existe déjà. Il est simple, accessible et à la portée de toutes les bourses.

Mamadou Aliou DIALLO

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !