Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Novembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Maladies du cœur et grossesse : Une des premières causes de mortalité infantile - 10/02/2006 - Le soleil - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Les journées médicales, pharmaceutiques, odontologiques et vétérinaires de Dakar, organisées par la Faculté de Médecine depuis 1958, constituent pour les chercheurs de la communauté scientifique francophone un cadre d’échange. Une occasion pour eux de présenter leurs travaux à leurs collègues.
L’une des communications qui se sont déroulées mardi dernier portait sur l’association cardiopathie (maladies du cœur) et grossesse. Une association qui, selon le professeur Abdoul Kane qui a présenté cette étude, comporte plusieurs risques.

Car la grossesse elle-même est une situation à risque qui entraîne plusieurs modifications dans le fonctionnement de l’organisme.
Cette association est malheureusement très fréquente au Sénégal et est l’une des causes principales de mortalité et de morbidité maternelle et fœtale. L’objectif de l’étude, selon le professeur Kane, était de déterminer le profil de la cardiaque parturiente, d’identifier les facteurs pronostics et de dégager des stratégies de prise en charge.
La synthèse des travaux réalisés par le Chu de Dakar, comparés à d’autres réalisés par des équipes africaines et occidentales a révélé que la parturiente atteinte de cardiopathie a entre 25 et 30 ans et est souvent d’un bas niveau socio-économique. Quant au taux de mortalité, il est de 20 %.

Dans son étude, le Pr. Abdoul Kane a remarqué que la cardiopathie rhumatismale représente 80 % des cas rencontrés. En Occident, bien que les cardiopathies, en général, constituent toujours 15 % de la mortalité maternelle, l’association cardiopathie rhumatismale et grossesse est très rare. La cardiopathie rhumatismale résulte d’une angine de poitrine contractée durant l’enfance et qui n’a pas été soignée. Les séquelles n’apparaissent qu’au bout de cinq à quinze ans.
Les conséquences, pour la femme enceinte, sont les risques de décès (6 à 20 %). Quant à l’enfant, il risque de naître prématuré ou avec un poids très faible ou de décéder (8 à 15 %).
Les médicaments pris peuvent être fatal aussi bien pour la mère que pour le fœtus. Aussi l’intervention chirurgicale demeure-t-elle la solution la plus radicale. Mais, le montant global des frais qui va de 2,5 à 10 millions n’est pas à la portée de la plupart des malades.

En ce qui concerne la contraception, la ligature des trompes est la mieux adaptée en raison des risques liés à l’utilisation de certains contraceptifs, mais elle est souvent mal acceptée. En pratique, seuls 8 % des cardiaques en activité génitale sont sous contraception (parfois inadaptée). Seul un tiers, par contre, accepte la ligature des trompes.
Un des facteurs aggravant de cette association est lié au manque d’éducation des patientes par rapport à cette maladie. Souvent, elle n’est connue que lors de la première grossesse, alors que la patiente la traîne depuis des années.
Les éléments de stratégie proposée par le professeur Kane consistent, avant la conception, à stabiliser le statut maternel en optimisant la prise en charge médicale, (traitement chirurgical ou technologique) et en planifiant les naissances, à respecter les contre-indications et à minimiser le risque de transmission fœtal. Pendant la grossesse, il préconise, entre autres, la gestion des médicaments, la surveillance surtout durant les périodes à risque comme à l’accouchement.
Salimata Gassama Dia (stagiaire)

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !