Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Constat - Etat nutritionnel : 61% de femmes enceintes atteintes d’anémie - 26/04/2012 - Le quotidien - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le Rapport provisoire de l’Enquête démographique et de la Santé à multiples indicateurs (Eds-Mics 2010-2011) fait état d’un taux de 61% de prévalence d’anémie chez les femmes enceintes. La prévalence d’anémie est in­quiétante. Selon le Rapport provisoire de l’Enquête démographique et de la Santé à multiples indicateurs (Eds-Mics 2010-2011) présenté ce mardi, par l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (Ansd), 54% de femmes de 15 à 49 ans, sont atteintes d’anémie.

Chez les femmes enceintes, la prévalence de cette maladie, qui «est caractérisée par un manque de globules rouges ou d’hémoglobines» est estimée à 61%.

Les résultats de l’Enquête indiquent tout de même, une légère baisse de la prévalence de l’anémie chez les enfants et chez les femmes par rapport à l’Eds de 2005. Les enquêteurs indiquent qu’au «cours de l’Eds-Mics 2010-2011, un prélèvement de sang a été effectué dans un tiers des ménages. Et plus de trois quarts, 76% des enfants de 6-59 mois sont atteints d’anémie, la plupart 48% sous une forme modérée».

L’Eds-Mics 2010-2011 utilise l’indice de masse corporelle (Imc) pour déterminer l’état nutritionnel des femmes. L’Imc est défini par le poids en kilogrammes divisé par la taille en mètres carrés. Le rapport relève que «dans l’ensemble, plus d’une femme sur cinq a un indice de masse corporelle (Imc) inférieur à 18,5 et présente donc une déficience énergétique chronique. Cette proportion est la plus élevée parmi les jeunes filles de 15 à 19 ans et celles qui résident dans la région de Louga respectivement 35% et 39%. La surcharge pondérale ou Imc supérieur ou égal à 25 touche 21% de femmes en âge de procréer».

Concernant l’état nutritionnel des enfants, l’Ansd souligne que parmi ceux de moins de cinq ans, «27% ont une taille trop petite par rapport à leur âge et accusent donc un retard de croissance ou souffrent d’une malnutrition chronique. Dans 11% des cas, il s’agit d’un retard de croissance sous la forme sévère». La malnutrition chronique est plus fréquente en milieu rural qu’en milieu urbain : 31% contre 19%. La région de Kolda enregistre le plus fort taux : 44%. Elle est suivie de Sédhiou avec un taux de 41%.

Les statisticiens de l’Ansd assurent que «la prévalence du retard de croissance est influencée par le niveau d’instruction de la mère». Pour les enfants dont la mère est sans aucune instruction, la prévalence est évaluée à 30%. Tandis que pour ceux dont la mère a atteint un niveau secondaire ou plus, la prévalence est de 12%.

Écrit par Dialigué FAYE

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !