Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Tuberculose au Sénégal : les adultes veulent donner la chance aux enfants - 07/05/2012 - Walfadjri - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Pour que plus aucun enfant ne souffre ou décède de la tuberculose au Sénégal, les autorités sanitaires sont invités à concentrer leurs actions sur la protection de cette frange vulnérable de la population. Chez cette dernière, la maladie évolue de façon cachée. «J’ai la tuberculose, j’emmène mon enfant en consultation»; «Le meilleur héritage, c’est une vie sans tuberculose»; «Halte à la tuberculose de l’enfant»; «Mon enfant tousse depuis plus de quinze jours, je pense à la tuberculose», etc.

Des messages tous plus poignants les uns que les autres pour attirer l’attention sur l’impérieuse nécessité d’accélérer les actions en vue de garantir que les enfants d’aujourd’hui vivent et grandissent dans un monde où personne ne meurt de tuberculose. A Mbacké où la journée mondiale de lutte contre la tuberculose a été célébrée ce samedi, devant les portes du district sanitaire de la Ville, les plus âgés se sont mobilisés pour donner la chance aux enfants de «grandir sans tuberculose».

La tuberculose de l’enfant reste encore une épidémie cachée dans la plupart des pays. La menace que la maladie fait planer sur l’humanité est d’autant plus grave que les nourrissons et les enfants sont les plus exposés aux formes graves de la maladie. Au Sénégal, en 2011, le Programme national de lutte contre la tuberculose (Pnt) n’a pu notifier que 403 cas chez les enfants de moins de 15 ans, soit seulement 3 % des cas recensés. La mortalité infanto-juvénile liée à la tuberculose n’étant pas disponible, des données épidémiologiques indiquent, toutefois, que le nombre de cas déclarés chaque année dans les structures sanitaires reste stable au Sénégal depuis 2002 et avoisine en 2011, 12 000 cas, toutes formes confondues dont 7 772 de cas pulmonaires contagieux, soit 67 % des cas.

«Dans une large mesure, les enfants ont été oubliés», explique le médecin-chef du district sanitaire de Mbacké, le Dr Adama Aïdara Mbacké. Dans ses explications, le médecin-chef indique que le Bcg, seul vaccin actuellement disponible pour la tuberculose, n’immunise pas à vie contre la forme pulmonaire et ne peut être utilisé sans risque chez l’enfant vivant avec le Vih/Sida.

«Le moment est venu donc d’agir et de s’attaquer résolument à cette maladie», déduit Moussa Mbaye qui représentait le ministre de la Santé et de l’Action sociale. Ce qui inquiète, par contre, le secrétaire général du ministère de la Santé et de l’Action sociale, c’est que, «il est établi que la prise en charge de cette couche vulnérable est confrontée à un sous-dépistage et à une prévention insuffisante surtout pour les enfants en contact avec des proches ayant contracté la maladie». Moussa Mbaye de reconnaître la taille du défi, eu égard à la situation actuelle qui est très préoccupante jusque hors même des frontières du Sénégal. Dans le reste de l’Afrique, la tuberculose gagne du terrain et devient de plus en plus meurtrière avec au moins 600 décès par jour, avec 80 % des victimes âgés de 15 à 45 ans.

Selon le représentant de l’Oms, le docteur Bacary Sambou, un tiers de la population en Afrique est infecté par le bacille tuberculeux et chaque année, près d’un million de cas, sont recensés chez les enfants de moins de 15 ans. Pire, ajoute Dr Sambou, au moins un million d’enfants mourront de cette maladie au cours des 5 prochaines années. «Ce nombre pourrait s’accroître si des actions concrètes et efficaces ne sont pas entreprises dès à présent», avertit le représentant de l’Oms.

La Journée mondiale de lutte contre la tuberculose commémore la présentation par le docteur Robert Koch de la découverte du bacille en 1882 à Berlin. Une journée pour «mieux faire connaître l’épidémie mondiale de tuberculose et les efforts entrepris pour venir à bout de la maladie». Le choix de la région de Diourbel, du district sanitaire et de la ville de Mbacké pour la tenue de cette cérémonie est soutenu par le taux de guérison (92 %) enregistré dans cette partie du pays dans la prise en charge des cas traités, selon les autorités sanitaires du district. Cette année, la célébration de la Journée qui se tient le 24 mars de chaque année a été décalée du fait de la tenue du second tour de la présidentielle à la même période.

Abdoulaye SIDY

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !