Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Tambacounda : méningite et diarrhées au centre des préoccupations - 21/05/2012 - Le soleil - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

L’infirmier chef de poste de Saré Guilé à Tambacounda (Est), Amadou Doucouré, s’est préoccupé dimanche des risques de maladies diarrhéiques et de méningite. « Les années passées, la méningite qui sévissait était offensive, c’est la méningite à méningocoques qui se nomme A+ C », a-t-il dit lors d’une rencontre avec des populations du quartier Liberté.

« Nous avons eu à enregistrer un cas qui a été évacué à l’Hôpital régional (en pédiatrie) et (le malade) est finalement sorti sain », a-t-il expliqué.

Son poste polarise quatre quartiers et 20 villages.

Selon M. Doucouré, la méningite qui sévit est importée. « Elle s’appelle W135, n’est pas très dangereuse si on prend des précautions », a-t-il assuré, parlant d’une surveillance épidémiologique précoce.

« Si le sujet est vite amené au niveau de la structure de santé, et avec les molécules, la situation sera gérée et il n’y aura pas de beaucoup de dégâts. »

Selon l’infirmier, la méningite à méningocoques est favorisée par certains facteurs comme la poussière et la promiscuité. « Cette méningite n’est pas trop offensive. »

Au cours de la rencontre de sensibilisation, des mesures d’hygiène en période pré-hivernage ont été évoquées pour prévenir les cas de diarrhée.

A cet effet, M. Doucouré a préconisé l’utilisation de l’eau de javel. « Dans les douches, il faut y mettre du savon pour se laver les mains après chaque sortie (…) il faut se prémunir », a-t-il lancé.

Il a lancé un appel aux populations afin qu’elles ne se rendent pas d’elles-mêmes au niveau des pharmacies pour se procurer des vaccins qui ne serviront à rien.

« Ces vaccins ne sont pas adaptés au type de méningite qu’est le W135 qui sévit présentement. Les vaccins qui sont disponibles traitent la méningite A+C », a-t-il averti.

L’infirmier chef de poste a souligné que la sensibilisation est venue à son heure pour permettre aux populations d’être renseignées sur les types de méningites et les mesures idoines à prendre.

L’objectif de cette démarche, a-t-il insisté, est de les amener à agir précocement sur les cas cliniques en les transférant au niveau des structures de santé.

« Là, nous allons sauver les enfants qui sont très menacés, qui seront cliniquement traités pour éviter la propagation. (…) La meilleure prévention c’est le recours aux soins précoces. »

La responsable du Centre d’énergie solaire et d’hygiène, Fatou Thiam Diallo, a salué cette rencontre d’information et de sensibilisation, estimant qu’elle est venue à son heure au grand bénéfice des populations.

« Nous saluons cet acte qui permet aux populations de savoir tout sur les maladies qui fatiguent les enfants », a-t-elle dit, ajoutant que « celui qui ne connaît pas court des risques ».

Source: APS

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !