Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Santé publique : les ravages des accidents vasculaires cérébraux - 26/06/2012 - Walfadjri - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Longtemps ignorées, les maladies cardiovasculaires sont en nette augmentation au Sénégal. Elles sont en phase de devenir la première cause de mortalité, loin devant le paludisme. «Il est plus que temps de tirer la sonnette d’alarme face à l’augmentation des maladies cardiovasculaires qui sont responsables de complications mortelles désignées sous le vocable d’Accidents cardiovasculaires (Avc)», déclare le professeur Abdou Kane.

Parrain de la 16e édition des journées scientifiques et culturelles de l’Ecole nationale de développement sanitaire et social (Endess) qui s’est déroulée du 22 au 23 juin dernier, le cardiologue a, lors de sa communication sur le thème : «Mode de vie et maladies cardiovasculaires», soutenu que «les maladies cardiovasculaires, dont les origines sont diverses et particulièrement liées à la qualité de la vie, ainsi que les maladies infectieuses, sont en recrudescence chez les adultes comme chez les jeunes».Il a révélé que, «en terme de prévalence, il y a 25 ou 30 ans, lorsqu’on parlait d’hypertension, certaines personnes affirmaient que cela n’existait pas au Sénégal. Or aujourd’hui, en milieu scolaire, un enfant sur deux est hypertendu, sans le savoir». Un nombre croissant de Sénégalais souffrent de ces maladies autrefois considérées comme étant des «pathologies affectant uniquement les Occidentaux», a affirmé le spécialiste.

Il est connu et prouvé que les Sénégalais dont l’alimentation est davantage riche en graisses n’échappent plus à ces maladies pour lesquelles le pays ne dispose pas cependant des statistiques fiables, a ajouté le cardiologue. Selon ses explications, les maladies cardiovasculaires affectent souvent le cœur et les vaisseaux sanguins. Elles provoquent un problème d’approvisionnement du cœur ou du réseau de vaisseaux sanguins (artères et veines) dans tout le corps et à l’intérieur du cerveau. Parmi les risques associés aux maladies cardiovasculaires, le professeur Kane cite l’hypertension artérielle (50 %), le tabagisme (45 %), l’obésité (23 %) l’hypercholestérolémie (12,5 %) et le diabète (11, 6 %). Il soutient également que l’âge, le sexe, les antécédents familiaux, la ménopause, le manque de pratique sportive, la sédentarité font partie des facteurs qui provoquent les maladies cardio-vasculaires.

Face à l’augmentation de ces maladies, le ministère de la Santé préconise la prévention par les dernières innovations thérapeutiques, en passant par une meilleure connaissance des gestes d’urgence. Seulement, se désole-t-il, « comme dans d’autres pays, le suivi thérapeutique des patients présentant des troubles cardiovasculaires se heurte à un problème de prise en charge financière en ce qui concerne les actions de prévention et de suivi».D’autre part, le directeur des études académiques de l’Endss, Souleymane Baal, signale que c’est pour participer à la dynamique de la réflexion devant les nombreux défis des maladies cardiovasculaires que l’Endess a axé le thème de ses 16e journées scientifiques et culturels sur le thème des maladies cardiovasculaires.Cet événement a été marqué par des séries de communications orales et de panels sur les défis de prise en charge des maladies cardiovasculaires, les sketchs et récitals de poèmes portant sur lesdites maladies.

Paule Kadja TRAORE

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !