Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Août/Septembre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Dakar a son premier centre de traitement des déchets biomédicaux - 12/09/2012 - Le soleil - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

L’Hôpital général de grand Yoff (Hoggy) abrite le premier centre de traitement des déchets biomédicaux de l’Afrique de l’ouest. Le centre a été inauguré, hier, par le ministre de la Santé et de l’Action sociale, Awa Marie Coll Seck.

Les déchets hospitaliers présentent de nombreux risques sur l’environnement et sur la santé humaine. Au Sénégal, jusque-là, leur traitement se faisait de manière artisanale et ne permettait pas d’éliminer tous les risques. Selon le directeur de l’Hoggy, ce centre arrive à point nommé. « Les manquements constatés lors de l’élimination des déchets biomédicaux ont engendré des risques auxquels les personnels médicaux sont exposés. Ce projet apporte des solutions salvatrices pour une meilleure gestion de ces déchets », se réjouit-il. Il s’engage ainsi à favoriser l’entretien de ces installations. « Je donne l’assurance que ces technologies seront entretenues avec rigueur et professionnalisme », rassure-t-il. Ce Projet de gestion des dioxines et du mercure (Progedim) a été financé avec l’appui du Fonds pour l’environnement mondial (Fem), mais aussi avec le soutien d’autres partenaires, comme l’Organisation mondiale de la santé (Oms). A l’occasion, la représentante de l’Oms, Mme Alimata Jeanne, est revenue sur les raisons du choix du Sénégal comme pays test du projet. « Selon les évaluations de l’Oms, plus de 18 % des déchets biomédicaux sont gérés sans méthode, exposant ainsi les agents des structures de santé, mais aussi les populations, directement ou indirectement. Le Sénégal a été choisi comme pays pilote pour l’Afrique de l’ouest. Ce partenariat va se poursuivre pour accompagner le pays dans ses politiques sanitaires », ajoute-t-elle.

Dans cette même lancée, le représentant du Pnud, Francis James, en appelle à l’implication de toutes les parties prenantes pour une meilleure gestion de ces installations. Au Sénégal, trois structures de santé ont bénéficié de ces centres. Il s’agit de l’Hoggy, du centre de santé Youssou Mbargane Diop de Rufisque et du poste de santé de Sangalkam.

Mme le ministre de la santé et de l’action sociale, Awa Marie Coll Seck, en partenariat avec le ministère de l’Ecologie et de la Protection de la nature, envisage de déployer les moyens nécessaires pour en faire profiter à toutes les structures sanitaires du pays. « La question de la gestion des ordures biomédicaux interpelle les autorités, car elles peuvent présenter des risques énormes sur l’environnement. Je salue ce partenariat, avec le ministère de l’Ecologie et de la Protection de la nature », dit le ministre.

Coumba FAYE (stagiaire)

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !