Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Maladies hivernales : un taux de prévalence entre 15 et 40 % à Ngoye - 07/09/2012 - Sud Quotidien - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Les infections respiratoires aiguës, les diarrhées et le paludisme sont les principales pathologies auxquelles souffrent les patients qui fréquentent le poste de santé de Ngoye situé à 7km au sud de la commune de Bambey. L'infirmier chef de poste exhorte les populations à un changement de comportements. Toutefois, Cheikh Bèye annonce une forte baisse du taux de prévalence de la bilharziose, une maladie considérée récurrente dans la zone il y a quelques années.

La communauté rurale de Ngoye composée de 52 villages dispose d'une superficie de 213 km et d'une population de 54 801 habitants. Cette collectivité locale considérée comme la plus peuplée de Bambey enregistre deux postes de santé dont un fonctionnel depuis sa création en 1976. Son poste de santé est l'une des structures les plus fréquentées du département de Bambey. Cependant un nouveau poste qui est entrain d'être mis en place dans la localité de Gougourène. Une infirmière chef de poste a été déjà affectée mais le seul hic est que le matériel n'est pas encore disponible. Par ailleurs 30 à 40 patients sont consultés par jour au niveau du poste de santé de Ngoye situé à 7km au Sud de la commune de Bambey. Là, les infestions respiratoires aiguës, les diarrhées et le paludisme constituent les trois pathologies les plus fréquentes dans cette zone du département de Bambey .Cheikh Beye, l'infirmier chef de Poste est catégorique : "les maladies diarrhéiques sont beaucoup plus fréquentes au niveau u poste de santé à cause des eaux stagnantes. L'insalubrité et les mouches et moustiques qui pullulent un peu partout peuvent entrainer la recrudescence de ces maladies.

Il y a aussi les maladies respiratoires et le paludisme" a souligné M Beye avant de poursuivre que" la couverture universelle en moustiquaires imprégnées a fait que le taux de morbidité et de mortalité reste faible au niveau de la localité. On donne gratuitement aux femmes enceintes des moustiquaires imprégnées après la première consultation prénatale. Ceux qui viennent en consultation et qui sentent le besoin d'avoir des moustiquaires, on leur vend la moustiquaire à 500frs. Ce qui fait dans tout couchage au niveau de la communauté, il ya une moustiquaire imprégnée à longue durée d'action ". Les cas de paludisme régressent tant au niveau de la mobilité que sur la mortalité a déclaré M Beye.

L'infirmier chef de Poste de Ngoye rappelle que "le taux de prévalence de paludisme au niveau de sa circonscription sanitaire se situe entre 5 et 6%.
Par contre, le taux des infections respiratoires aiguës varie entre 15 et 25% et celui des maladies diarrhéiques avoisine entre 30 à 40%." S'exprimant sur la prise en charge des cas de patients atteints de diarrhée et malnutris âgés de 0 à 59 mois, il souligne que "la prise en charge est gratuite. C'est le PAM (programme alimentaire mondial) et l'UNICEF qui les prennent en charge surtout dans la supplémentation en alimentation et en médicaments.

Si c'est un cas de diarrhée il y a le RCAO, si c'est un cas d'infection respiratoire, il y a les antibiotiques qu'on donne aux enfants ciblés et aux femmes enceintes. Pour le paludisme, on a le TDR (test de dépistage rapide). Quand le test est positif, cela montre qu'il y a le paludisme et on le traite avec les antibiotiques. L'infirmier chef de poste exhorte les populations à un changement de comportements pour prévenir ces maladies."Il faut que les populations s'impliquent dans la lutte. Qu'on essaie de rendre beaucoup plus propre les maisons et les alentours. Qu'on essaie d'éduquer les enfants pour qu'ils évitent que les enfants se baignent dans les eaux stagnantes .Qu'on consomme de l'eau et des aliments potables" a t-il martelé.

Forte baisse du taux de prévalence de la bilharziose

La localité de Ngoye enregistrait le plus fort taux de prévalence de la bilharziose. Cela s'expliquait par la présence d'une soixantaine de marres non protégées et non traitées au niveau de cette collectivité locale. Mais aujourd'hui le taux de prévalence de la bilharziose urinaire a fortement baissé au niveau de Ngoye. L'infirmier chef de poste de Ngoye soutient que "de grands pas dans la lutte contre cette maladie ont été faits parce qu'on a été doté de praziquantel, c'est à dire le médicament qui traite cette pathologie. Et on donnait gratuitement ce médicament aux enfants qui présentaient les signes de cette pathologie. En plus, on avait 64 mares qui n'étaient bien protégées et bien traitées .Quand elles ne sont pas bien protégées, il y a les mouches qui s'y installent d'où la présence de la maladie". Mr Beye rappelle qu’"actuellement on est entrain de les traiter. C'est pourquoi le taux de prévalence bilharziose a fortement diminué".

Adama NDIAYE

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !