Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Santé de la reproduction : les parlementaires chargés de plaider pour plus de ressources - 30/11/2012 - Walfadjri - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le gouvernement du Sénégal s’est engagé à porter le taux de prévalence contraceptive de 12 à 27 % d’ici à 2015. A cela s’ajoute la réduction des besoins non satisfaits en matière de planification familiale. C’est le combat que les députés sont chargés de mener à l’Assemblée nationale pour l’augmentation du budget destiné à la santé.

L’Association sénégalaise pour le bien-être familial (Asbef), en collaboration avec le Fonds des Nations unies pour la population (Unfpa), voudraient que les parlementaires plaident pour une mobilisation de ressources en faveur de la santé de la reproduction puis de la planification familiale, intégrant le genre. Cette demande a été formulée à l’occasion d’un atelier tenu ce jeudi à Dakar. Les organisateurs disent s’adresser aux députés à cause de leur fonction élective et législative qui leur trace un rôle de contrôleur de l’exécutif. La responsable de la Stratégie nationale pour l’égalité et l’équité de genre (Sneeg) avance que les parlementaires doivent développer un argumentaire permettant de stimuler l’augmentation de ressources destinées aux préoccupations pour le bien-être de la famille. Cependant, «la prise en compte de la dimension genre est une question de développement durable», fait-elle savoir.

D’ordinaire, les activités de l’Asbef sont financées, en grande partie, par des partenaires. Cette fois-ci, l’association formule un plaidoyer adressé aux députés pour obtenir de l’Etat plus d’efforts que d’habitude, dans le budget consacré au ministère de la Santé afin que la part allouée à la santé de la reproduction, à la planification familiale, à la prévention de la mortalité maternelle et néo-natale puisse être revue à la hausse. «Cette démarche permet au Sénégal d’honorer les forts engagements internationaux qu’il a pris», déclare Cheikh Tidiane Mbengue, représentant de l’Unfpa. Durant l’élaboration des Objectifs du millénaire pour le développement (Omd) en 2000, dont la date butoir est 2015, l’Etat sénégalais s’est engagé à réduire de ¾ la mortalité maternelle. Au sommet de Londres en juillet 2011, il a encore promis d’augmenter le taux de prévalence contraceptive qui est de 12,1 % dont 8 % revient aux zones rurales en l’amenant à 27 %.

Un budget de 16 milliards de francs Cfa prévu pour les trois années à venir devra permettre de résoudre ces problèmes. Cheikh Tidiane Mbengue confie : «A Maputo, le Sénégal s’était déjà engagé à augmenter de 15 % le budget de la santé. Sachant qu’il y va du renforcement de la part attribuée à la santé de la reproduction, à la planification familiale, à la mortalité maternelle et néonatale entre autres. En somme, tous les problèmes que nous traitons, dont la résolution permet d’améliorer la condition de la femme». Cheikh Tidiane Mbengue avoue que, bien que ce combat renforce la femme, il permet à l’Etat de générer des fonds. D’après des études, dit-il, un dollar investi dans la planification familiale lui permet d’en gagner six autres.

Aïda SAKHO

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !