Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Méthode contraceptive : des femmes d’Agnam Civol optent pour le jadelle - 06/12/2012 - Le soleil - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le jadelle peut durer jusqu’à 5 ans. C’est pourquoi, les femmes le préfèrent aux autres méthodes contraceptives. En plus, il peut être enlevé à tout moment. Sabou Diaw est venue de son propre chef au poste de santé d’Agnam Civol, où l’Ong Msi, en collaboration avec Unfpa, offre gracieusement des produits contraceptifs aux femmes qui en expriment le besoin.

Victime d’un mariage forcé, cette jeune femme de 25 ans a dû se séparer de son époux qu’elle n’aimait pas. Malheureusement, elle contracte deux grossesses hors union après cette séparation. « Je ne veux plus faire d’enfant avant de me remarier. C’est la raison pour laquelle, quand une de mes amies m’a informée de cette journée d’offre de produits contraceptifs, je n’ai pas hésité à venir. J’ai opté pour le jadelle qui va durer 5 ans. Mais, on m’a fait savoir que je peux l’enlever quand je veux pour concevoir un autre enfant », confie Sabou Diaw.

Seulement, précise la sage-femme Amsatou, cette méthode contraceptive ne protège pas contre les Infections sexuellement transmissibles (Ist) et le Vih. Ainsi, au-delà de la pose du jadelle, on lui a remis, après information, des préservatifs féminins. Oulèye Djiby Sy a opté pour la même méthode contraceptive, à savoir le jadelle. Elève en classe de terminale, cette fille de 21 ans, avec deux enfants, rêve de poursuivre ses études.

Surtout que son mari est d’accord pour qu’elle fasse la planification familiale. « Mon fils aîné a 3 ans et le cadet 2 mois. J’ai eu à utiliser les pilules, mais cette-fois, je veux me reposer beaucoup plus longtemps. C’est pourquoi j’ai jeté mon dévolu sur le jadelle », partage la jeune dame, qui incite les femmes à avoir, avec leurs époux, une discussion sur la planification familiale. Selon elle, c’est l’absence de dialogue qui pousse les élèves mariées à faire la contraception en cachette. Agée de 23 ans, Hawa Bâ a dû arrêter ses études en classe de seconde, suite à une grossesse contractée après son mariage. Venue accompagner sa sœur jumelle qui vient d’adopter une méthode contraceptive, Hawa ne veut pas prendre le risque de faire la planification familiale, étant consciente que son mari ne sera jamais d’accord. « Je le lui ai une fois demandé, mais il a dit non. Il pense que la planification familiale, c’est une manière d’arrêter de procréer ». De l’avis de Hawa, les hommes sont encore traditionnalistes au Fouta, plaidant pour une discussion avec les hommes afin de les convaincre du bien-fondé de la planification familiale.

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !