Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Novembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Concertation sur les pilules de 3e et 4e générations - 03/01/2013 - Sud Quotidien - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Les pilules contraceptives de 3ème et 4ème génération que les femmes utilisent feront l'objet d'une concertation en France. C'est du moins ce que l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a lancé hier mercredi afin de limiter la prescription des pilules contraceptives de troisième et quatrième génération, qui seraient responsables de graves problèmes de santé.

Les pilules de contraceptives sont-elles utilisées au Sénégal ? En tout cas, si certains spécialistes du secteur n’arrivent pas à se prononcer clairement sur cette question, une chose est semble sûre, c’est que ces pilules font l’objet actuellement d’une concertation en France. L’annonce a été faite hier par l’ANSM à la suite d’un dépôt mi-décembre d'une première plainte par une jeune femme imputant son handicap à la prise d'une pilule de troisième génération, que prennent près de 2,5 millions de femmes en France. Cette pl ainte va donner lieu "très prochainement" à une réunion entre prescripteurs et représentants de l'Agence avec pour objectif de "renforcer le bon usage de ces pilules", aujourd'hui "très souvent prescrites", explique-t-on.

Or le risque artériel (accident vasculaire cérébral) est identique avec toutes les pilules, le risque veineux (embolie ou phlébite), bien que "rare", est deux fois plus élevé chez les femmes qui prennent ce type de pilules, selon une revue de littérature de l'Agence européenne du médicament. L'ANSM recommandait ainsi en octobre dernier de ne prescrire les pilules de troisième et quatrième générations qu'en deuxième intention, notamment aux femmes tolérant mal les autres pilules.

Malgré tout près de 2,5 millions de femmes - soit 50% de celles sous pilule contraceptive - prennent une pilule de troisième génération. Le gouvernement français a déjà ordonné en septembre dernier leur déremboursement par la sécurité sociale. Le directeur de l'ANSM suggère désormais que la prescription des pilules de troisième et quatrième générations soit restreinte aux seuls spécialistes. Gynécologues, médecins généralistes, sages-femmes et infirmières peuvent pour l'instant les prescrire ou renouveler leurs ordonnances. La porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem, a salué cette idée.

"FAIRE 200 KILOMÈTRES POUR VOIR UN SPÉCIALISTE"
"La proposition qui est faite aujourd'hui, c'est de limiter le nombre de prescripteurs potentiels de ces pilules de troisième et quatrième générations qui, au fond, doivent toujours venir comme des supplétifs par rapport aux pilules de première et seconde générations", a-t-elle déclaré sur France 2.

Mais la nouvelle piste envisagée par l'ANSM ne convainc pas tous les spécialistes. "Ce serait plus logique de dire que les gynécologues vont former correctement les généralistes, pour que tous les médecins puissent prescrire, pour que les femmes n'aient pas besoin de faire 200 kilomètres pour voir un spécialiste", a estimé sur BFM TV le gynécologue Israel Nisand.

"Il s'agit en fait de baisser le choix des femmes en matière de contraception et je trouve cela très dommageable", a-t-il ajouté. Une mesure visant à "favoriser le bon usage de ces pilules" devrait être arrêtée dans le courant de la semaine prochaine, indique-t-on à l'ANSM. Outre la plainte de décembre, la première du genre en France, une trentaine d'autres plaintes mettant en cause les pilules de troisième et quatrième générations vont bientôt être déposées, a indiqué l'avocat des victimes. Pour Me Philippe Courtois, la proposition de l'Agence du médicament de limiter le nombre de prescripteurs est "l'aveu qu'il y a un problème avec ces pilules-là". Il demande au gouvernement d'aller plus loin et de favoriser leur retrait du marché. Mais il n'y aura pas de suspension des pilules de troisième et quatrième générations, assure-t-on à ANSM, où l'on souligne qu'elles présentent un bénéfice pour certaines femmes.

Tidiane MBENGUE

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !