Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Traitement de la drépanocytose : Certains produits de la médecine traditionnelle seraient efficaces - 27/11/2006 - Le soleil - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

L’impact positif de plantes médicinales dans le traitement de la drépanocytose est démontré. Une communication orale sur les rapports entre la médecine traditionnelle et drépanocytose était l’occasion pour les chercheurs, de faire cette recommandation lors du troisième Congrès scientifique international sur la drépanocytose. Il s’agira pour les chercheurs d’affiner les recherches sur les plantes médicinales afin d’optimiser leur efficience.

Certains produits de la médecine traditionnelle sont utilisés dans le traitement de la drépanocytose. Un professeur de pharmacognosie de l’Université de Obafani du Nigeria a dressé une liste de plantes médicinales qui ont des principes actifs contre la pathologie. L’acacia Xanthopholéa figure parmi ces plantes utilisées à une échelle plus ou moins grande dans certains pays d’Afrique pour atténuer les douleurs des drépanocytaires.

La place de la pharmacopée dans le traitement des maladies en général et de la drépanocytose en particulier a incité les universités du Nord comme celle de Reims à focaliser leurs recherches sur des plantes comme le “ fagara ” (Guenguidek, en wolof). Une plante utilisée à grande échelle en Afrique et qui présente une efficacité certaine contre la drépanocytose. Elle a des propriétés antibiotiques. La plante renferme une alcoloïne appelée fagaroine qui est “ antileucémitiques ”.

Des chercheurs burkinabè et belges ont introduit une requête pour sa mise sur le marché depuis 2006. Selon, le professeur Courot de l’université de Reims, du fait de la surexploitation, la plante est en voie de disparition.
L’Annona reticulata est aussi une autre plante qu’on pourrait recommander aux drépanocytaires. “ Annona reticulata a des propriétés anti-inflammatoires. Cette étude a permis sa validation scientifique ”, note le docteur qui faisait la présentation sur les propriétés sur cette maladie.

Le docteur, Adama Valian du Burkina Faso a exposé sur l’efficience du “ faca ” dans le traitement des enfants. Le “ faca ” est administré chez les enfants et les adolescents drépanocytaires qui ont souvent des crises. Cependant, la prise de ce médicament, dit le docteur Adama Valian, ne doit pas dispenser les malades d’observer les autres conseils du médecin traitant à savoir le respect des règles d’hygiène et une alimentation en eau suffisante.

Le “ faca ” entraîne des effets secondaires. Toutefois, sa toxicité n’est pas élevée au point de provoquer des perturbations irréversibles. “ Il est utilisable sans danger. Il n’est pas doué en toxicité ”, avance docteur Adama Valian qui faisait une communication sur le traitement des manifestations morbides liées à la drépanocytose.
Lors des échanges, le docteur en pharmacie, Ibrahima Diouf, a déploré les retards observés dans l’introduction de ce produit dans les officines. La modératrice, la conseillère de l’Organisation mondiale pour la santé, le docteur Kassilo, a mis l’accent sur l’intérêt que l’Oms accorde à la médecine traditionnelle. Il a invité les spécialistes à développer les recherches sur ces plantes. D’ailleurs, le doyen de la Faculté de Médecine, de Pharmacie et d’Odonto-Stomatologie, Daouda Thiam, a évoqué la nécessité de la collaboration entre les médecins et leurs “ collègues ” de la pharmacopée traditionnelle.

“ Les plantes médicinales peuvent apporter quelque chose dans la lutte contre la drépanocytose. Il faut une étroite collaboration entre les médecins et les tradipraticiens. Si chacun campe sur sa position, nous n’allons pas avancer. Il faut que nous acceptions nos “ collègues ” de la médecine traditionnelle. Il nous faut avoir le souci commun de sauver des malades ”, avance le doyen de la Faculté de Médecine, de Pharmacie et d’Odonto-Stomatologie de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar.

IDRISSA SANE

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !