Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Décembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Planification Familiale : le Sénégal vise un taux de prévalence contraceptive de 27 % d’ici à 2015 - 28/03/2013 - Le soleil - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le Sénégal veut, d’ici à 2 ans, doubler son taux de prévalence contraceptive en passant de 12 à 27 %. Pour réussir ce défi, le directeur général de la Santé, Dr Papa Amadou Diack, appelle à la mobilisation générale. Une réunion inter-Etats de partage de l’engagement de la société civile dans le repositionnement de la planification familiale en Afrique de l’ouest est ouverte, hier, à Dakar. Cette rencontre, dont prennent part les membres de la société civile et les parlementaires ouest-africains, permettra aux participants de se pencher sur les obstacles de la planification familiale (Pf) dans la sous-région ouest-africaine et de proposer des solutions à court, moyen et long termes.

Selon le président de la Coalition des organisations de la société civile pour la planification familiale, Dr Balla Moussa Diédhiou, la réunion donnera aussi l’opportunité aux participants de débattre des enjeux majeurs relatifs à la Pf. Il a noté que les objectifs visés par les pays africains sont presque identiques. Il s’agit de réduire, d’ici à 2015, le taux de mortalité maternelle et d’augmenter les besoins non couverts en Pf d’au moins de 25 %. Le spécialiste de la planification familiale garde espoir que de nouvelles perspectives se dégageront d’ici à l’horizon 2015, afin de mieux accélérer la progression des taux de prévalence contraceptive ; ce qui permettra de réduire le fardeau de mortalité maternelle et infantile dans nos structures de santé.

Le Sénégal est dans cette voie, malgré un taux de prévalence contraceptive jugé faible (12 %). « Notre pays envisage d’atteindre un taux de plus de 27 % d’ici à 2015 », a informé le directeur général de la Santé. Pour ce faire, Dr Papa Amadou Diack appelle à la mobilisation générale. Pour lui, des efforts sont faits. Mais, a-t-il précisé, « nous voulons entrer dans une phase d’accélération ».

La directrice d’IntraHealth pour l’Afrique de l’ouest et du sud, Mme Sara Stratton, a indiqué que la rencontre de Dakar permettra aux participants de faire l’état des lieux de l’engagement pris par les Etats lors de la conférence de Ouagadougou pour repositionner la Pf. Elle sera aussi une occasion d’encourager la société civile de s’engager à travailler davantage pour augmenter les taux de prévalence contraceptive de la planification familiale dans leurs pays. Mme Margot Fahnestock de la Fondation Hewlet a exprimé son engagement à financer des structures qui œuvrent pour le bien-être familial. En 2 ans, elle a injecté près de 2,5 millions de dollars pour soutenir la lutte contre la mortalité maternelle, les projets de plaidoyer et de la communication pour la Pf.

Eugène KALY

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !