Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


MOOC - Comprendre les addictions - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Décembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Les scientifiques se rapprochent du mystère de l’ulcère de Burili - 09/04/2013 - Le soleil - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Une lueur d’espoir sur le chemin de la traque de l’agent pathogène responsable de l’ulcère de Buruli. Les scientifiques ont découvert que le bacille aime l’eau et ne peut pas vivre à l’état libre. Par contre, les chercheurs n’ont pas encore dévoilé tous les modes de transmission. L’ulcère de Buruli, inscrite sur la liste des maladies émergentes négligées et présente dans 30 pays, n’a pas encore fini de susciter la passion chez les chercheurs.

Ces derniers n’ont pas encore percé le mystère de l’agent pathogène responsable (Mycobacterium ulcerans). « Sa traque s’avère difficile et s’apparente à la recherche d’une aiguille dans une botte de foin. Il semble clair qu’il se trouve dans le milieu aquatique », avancent les scientifiques dans le n°66 de la revue Sciences au Sud de l’Institut de recherche pour le développement (Ird). Selon le chercheur Jean François Guégan, les études ont établi des liens entre les cas déclarés en Côte-d’Ivoire et les facteurs environnementaux. Les bouleversements environnementaux naturels et anthropiques à l’œuvre en Afrique semblent favoriser la propagation de la maladie.

Les zones d’implantation des barrages sont des sites où la prévalence reste très élevée. « Il ne peut pas y vivre à l’état libre : il forme des films microbiens à la surface des végétaux. Ainsi, le contact entre l’homme et l’agent pathogène lors d’activités exercées dans les rivières, lacs et marécages est vraisemblable », rapportent les auteurs de l’étude. Malgré ces avancées, les modes de transmission restent une vraie équation pour les scientifiques qui suspectent également des punaises. « Décrite pour la première fois en 1897 en Ouganda, dans le comté du Buruli, d’où son nom, cette maladie cutanée est due à Mycobacterium ulcerans, plus exactement, la destruction de la peau des patients est provoquée par la mycolactone, une toxine émise par la bactérie », renseignent les scientifiques qui préconisent un diagnostic précoce. L’ulcère de Buruli se manifeste par de larges ulcérations de la peau. Jusqu’en 2004, le traitement était essentiellement chirurgical.

Idrissa SANE

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !