Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Août/Septembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Hôpital de Ninefescha de Kedougou : Un taux de fréquentation en constante hausse - 03/01/2006 - Le soleil - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Depuis le début de son fonctionnement, le 3 février 2003, l’équipe médicale de l’hôpital de Ninéfescha dans le département de Kédougou a réalisé au moins avec succès 250 accouchements par césarienne. Sa contribution dans la lutte contre la mortalité maternelle et infantile est indéniable. L’établissement sanitaire a aussi permis de prendre à bras le corps certaines maladies qui sévissent dans la zone.

Situé dans une zone rurale au relief accidenté et parcouru par des cours d’eau, l’hôpital de Ninéfescha a permis aux populations de certaines localités du département de Kédougou de pousser un ouf de soulagement. Car, avant son édification dans ce milieu, certaines personnes escaladaient les collines Iwol avant d’affronter les chemins cahoteux pour rejoindre Kédougou, qui est à une quarantaine de kilomètres à vol d’oiseau de Ninéfescha. D’autres parcouraient de longues distances pour rejoindre un district sanitaire.
Aujourd’hui tout cela relève du passé pour bon nombre d’habitants de cette zone. Ninéfescha reçoit un flux soutenu de malade depuis qu’il a commencé à fonctionner. Du 3 février, date de démarrage de ses activités au 24 décembre 2005, 155.000 consultations sont réalisées dans l’hôpital de Ninéfescha. Son rayon de couverture ne cesse de s’élargir, son taux de fréquentation prend des proportions exponentielles.
« Depuis le début de notre fonctionnement, notre taux de fréquentation continue d’augmenter. Nous recevons de plus en plus de malades. Cela montre toute l’importance de l’hôpital dans ce milieu éloigné des autres structures sanitaires », souligne le médecin-chef de Ninéfescha, le colonel Moctar Goumbala.

Mortalité maternelle, malnutrition
L’hôpital a soigné 54. 600 femmes, 69.880 enfants et 31.120 hommes. Même si les études scientifiques ne sont pas encore disponibles, les chiffres témoignent le rôle de cet établissement sanitaire dans la lutte contre la mortalité maternelle et infantile. Le nombre d’accouchements par césarienne tourne autour de 250 à 300 entre le 3 février 2003 et le 24 décembre 2005. L’hôpital a contribué à faire reculer la mortalité maternelle et infantile.
« Nous n’avons pas encore mené une enquête dans ce sens. Mais rien que par nos interventions chirurgicales pour aider les femmes à accoucher, nous pouvons dire que l’hôpital a joué un rôle clé dans la lutte contre la mortalité maternelle et infantile, car n’eût été ces interventions chirurgicales, l’issue serait fatale pour bon nombre de femmes », indique le médecin-colonel.
En plus de cela, l’implantation de l’hôpital dans ce milieu a permis de combattre la malnutrition chez les enfants, grâce à l’expérimentation de la Spiruline par Mme Viviane Wade. « La lutte contre la malnutrition est un cheval de bataille pour la Première dame du Sénégal. L’expérimentation de la plante Spiruline a ainsi permis de faire reculer la malnutrition chez les enfants dans le milieu ».
La bilharziose intestinale fait partie des maladies bien prises en charge dans cet hôpital. La zone est un lieu de prédilection de cette maladie ; à cause des nombreux cours d’eau qui la traversent. Mais, ce sont surtout les personnes qui souffrent de paludisme qui ont plus bénéficié des services de l’hôpital de Ninéfescha. Le taux de consultation en paludisme est de 70 %, celui des hospitalisations pour la même maladie oscille entre 40 à 45 %. « Le paludisme constitue aujourd’hui l’une des premières causes de mortalité dans beaucoup de pays d’Afrique. Cette maladie occupe la première place de nos consultations et hospitalisations, cela veut dire que l’hôpital participe à atténuer les conséquences de cette maladie chez les populations de cette zone », révèle le médecin-colonel Moctar Goumbala.
Il invite les jeunes médecins civils à regagner les campagnes pour servir l’Etat. Pour lui, tous les arguments invoqués par les jeunes médecins pour rester en ville ne sont pas si solides. « Pour plusieurs raisons, les médecins jeunes doivent accepter de servir en milieu rural. L’Etat a beaucoup investi pour notre formation, nous devons en retour le payer. En plus, une femme de Ninéfescha ou de n’importe quelle localité doit avoir le même traitement qu’une dame de Dakar », défend le médecin-colonel.

IDRISSA SANÉ

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !