Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Novembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Elimination du paludisme à l’horizon 2015 : un défi encore à relever - 19/05/2013 - Le quotidien - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Eliminer le paludisme d’ici à 2015, c’est l’objectif que s’est assigné le programme stratégique 2010-2015. Vu les résultats obtenus après des décennies de lutte, les acteurs estiment que l’espoir est cependant permis. Ce, d’autant plus que la situation du paludisme au Sénégal, a beaucoup évolué favorablement. «Nous sommes pas­sés à des taux de prévalence de 30 à 40% dans certaines régions à 5%. Alors que le taux de prévalence national est de 3%», révèle Oumar Guèye, chef du service de parasitologie de l’université Cheikh Anta Diop de Dakar.

Des résultats certes, satisfaisants, mais qui sont encore fragiles. Des nouveaux défis s’imposent alors aux acteurs de la lutte contre la maladie. Dans sa communication, Oumar Guèye soutient qu’en ce qui concerne par exemple les médicaments utilisés dans le traitement du paludisme, les dernières informations montrent qu’au niveau de la zone asiatique, il y a des niveaux élevés de résistances qui sont apparus. Ces dites résistances, si l’on n y prend garde, risquent d’annihiler tous les résultats obtenus jusque-là. C’est le cas par exemple de la chloroquine qui a montré ses premiers signes d’inefficacité en Asie du sud-est, avant de se propager en Afrique de l’ouest.
L’autre défi concerne les vecteurs. Pour le moment, rassure le conférencier, les insecticides sont encore efficaces. Seulement informe-t-il, il y a «certains résultats qui commencent à parler de diminution de sensibilité notamment des insecticides».
Heureusement, se réjouissent les acteurs, des perspectives existent, notamment, le fort engagement de la Communauté internationale, à travers la communauté des bailleurs de fonds, en partenariat avec les Etats, l’Oms, et les Fondations qui luttent pour l’élimination de la maladie.
A cela, s’ajoute la recherche qui a développé de nouveaux outils, à savoir la chimio-prévention saisonnière, fruit du partenariat entre le Sénégal et les bailleurs de fonds.
Malgré tout, dans les zones du nord et de la banlieue dakaroise, le paludisme résiste encore. Suffisant pour Oumar Guèye, de préconiser un programme adapté, puis­que «ce sont des zones d’exception du fait de leur environnement, de la densité humaine et des inondations qui annihilent souvent les efforts des acteurs.»

Écrit par Ngoundji DIENG

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !