Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


MOOC - Comprendre les addictions - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Novembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Lutte contre les maladies bucco-dentaires : une politique préventive s'impose - 21/06/2013 - Sud Quotidien - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Pour lutter contre les maladies bucco-dentaires, il urge de mettre sur pied une politique préventive consistant à doubler les effectifs de dentistes dans les cabinets dentaires et les équipes mobiles préventives sillonnant dans les quartiers. C'est ce qu'a suggéré le président de l'Association nationale des chirurgiens dentistes du Sénégal, Abdou Wahab Kane, hier, jeudi 20 juin, à l'occasion de la cérémonie de lancement de la patte dentifrice Oral B.

Le Sénégal est loin des normes fixées par l’Organisation mondiale pour la Santé (OMS) en ce qui concerne la couverture des maladies bucco-dentaires. Au moment où elle table sur 6 000 à 10 000 habitants pour un dentiste, le Sénégal, lui, fait 1 dentiste pour 30 000 habitants au niveau national. Seule la ville de Dakar est un peu proche des normes avec un ratio de 13 000 habitants pour un dentiste. En plus du manque criard de ressources humaines, le plateau technique des services dentaires dans les districts reste à désirer dans les départements.

C’est pourquoi, il demeure nécessaire de mettre sur pied une politique préventive de lutte contre ces maladies. C’est la révélation faite par le Docteur Abdou Wahab Kane, président de l’Association nationale des chirurgiens dentistes du Sénégal (ANDS). Il intervenait hier, jeudi 20 juin, à l’occasion de la cérémonie de lancement de la patte dentifrice Oral B à la salle de conférence de l’Ucad 2.

«Je sais qu’il y a un problème de plateau technique dans les cabinets dentaires, mais l’essentiel des normes sont respectés. Le problème réside dans la prévention », a souligné le docteur Kane, tout en ajoutant : « les gens ont tendance à voir le docteur quand ils sont malades. Il faudrait une rupture au niveau du ministère de la Santé »

Pour le président de l’Ands, « il faut doubler les équipes dentistes dans les cabinets. Une équipe qui s’occupe des urgences tandis que l’autre mobile dans les quartiers pour enseigner les mesures d’hygiènes, la prévention de la maladie bucco-dentaire ».

Avec comme préoccupation majeure de lutter contre ce qu’ils appellent le tourisme médical, l’Ands entend organiser des sessions de formation pour prendre en charge cette frange de la population. Rappelant que le Sénégal est loin des normes fixées par l’OMS la représentante du ministre de la Santé et de l’Action sociale a également précisé que « la division bucco-dentaire travaille sur une stratégie de promotion de la santé bucco-dentaire »

A l’occasion de la cérémonie de lancement du produit Oral B, le chargé de communication en Afrique de l’Ouest de la société Protect-Gamber a expliqué que « les problèmes dentaires sont communs. C’est la raison pour laquelle, nous avons amené ce produit reconnu par les pharmaciens, afin de permettre aux personnes d’avoir de dents saines ».

Ibrahima Baldé

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !