Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Centre de santé Philippe Maguilène Senghor de YOFF : près de 10 % des 147 patients atteints de tuberculose sont perdus de vue - 10/09/2013 - Le soleil - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

En partenariat avec le Programme national de lutte contre la tuberculose (Pnt), l’Association des journalistes en santé, population et développement (Ajspd) a visité le centre de santé Philippe Maguilène Senghor de Yoff. Une occasion, pour les professionnels des médias, de s’entretenir avec la chargée du suivi du traitement de la tuberculose sur l’évolution de cette maladie contagieuse.

Parmi les 147 patients atteints de tuberculose recensés au centre de santé Philippe Maguilène Senghor de Yoff, 112 ont la tuberculose pulmonaire. Ils peuvent, par effet de contagion, transmettre la maladie à des personnes dans leur entourage. En effet, la tuberculose se propage d’une personne à une autre par voie aérienne. Lorsqu’une personne atteinte tousse, éternue ou crache, elle projette les germes de la tuberculose dans l’air. Il suffit d’en inhaler seulement quelques-uns pour être infecté.

Selon l’Oms, les symptômes courants de cette maladie sont une toux accompagnée de crachats parfois teintés de sang, des douleurs dans la poitrine, une faiblesse générale, une perte de poids, de la fièvre et des sueurs nocturnes. Pourtant, la tuberculose se soigne si le patient se soumet au traitement qui dure 6 mois. Celui-ci consiste en une prise de 4 antimicrobiens fournis aux patients sous la supervision d’un agent de santé ou d’un bénévole qualifié. Malheureusement, regrette Hélène Coumba Sarr Ndiaye, la chargée du suivi du traitement de la tuberculose au centre de santé Philippe Maguilène Senghor de Yoff, 9,4 % des personnes contaminées ayant entamé leur thérapie dans ce centre sont « perdus de vue ». Ce sont des personnes qui se sont soustraites à leur suivi médical avant la fin du traitement. Une situation que Mme Ndiaye explique par la grande mobilité des habitants de Yoff, Ouakam et Ngor, des localités où la pêche est l’une des activités dominantes. Quand un patient interrompt sa cure avant d’être guéri, la maladie va continuer à se développer et à se propager. Cet état de fait est d’autant plus regrettable que le dépistage, le contrôle et le traitement sont gratuits.

Visiblement, en plus de soins non rétribués, ce qui semble nécessaire à la lutte contre la tuberculose, c’est la sensibilisation. Les personnes atteintes doivent être informées des risques qu’elles encourent et font courir aux autres s’ils ne se font pas soigner correctement. La tuberculose est, en effet, contagieuse et mortelle. Néanmoins, les personnes contaminées ne doivent pas être la cible de stigmatisation pouvant entraîner un repli sur soi ou un refus de traitement. C’est pourquoi des agents du centre de santé envisagent d’animer des activités de sensibilisation et des visites à domicile.

Marlyatou DIALLO (stagiaire)

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !