Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


MOOC - Comprendre les addictions - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Décembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Prévention des maladies diarrhéiques : 30 relais formés aux techniques de lavage des mains - 21/11/2013 - Le soleil - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

La sous-brigade départementale d’hygiène de Dakar vient d’engager une vaste campagne de sensibilisation sur les maladies diarrhéiques. Cette mission d’utilité publique vise à protéger les populations des 19 communes d’arrondissement de Dakar.

La prévention des maladies diarrhéiques entre dans sa phase active. Ainsi, les capacités des 30 relais de la commune d’arrondissement de la Médina dans la pratique de lavage des mains ont été renforcées. Cette mission d’utilité publique de la sous-brigade départementale de Dakar entre dans les objectifs de prévention définis par le ministère de la Santé et de l’Action sociale. « La prévention est un pilier fondamental du système de santé. D’où l’intérêt de la pratique du lavage des mains qui constitue un moyen de prévention extrêmement important et relativement efficace pour faire face à une panoplie de maladies diarrhéiques », a fait remarquer le chef de la sous-brigade départementale d’hygiène de Dakar, le major Alla Ngom qui a également dénoncé la défécation à l’air libre.

Cette activité consiste à sensibiliser des leaders d’opinion (imams et délégués de quartier), des maires, des conseillers municipaux, des organisations féminines, des « badiénou gokh » (marraines de quartier), des maîtres coraniques, des curés, des jeunes issus des Asc…, sur l’intérêt à utiliser le savon. « C’est un produit indispensable qui a un impact direct dans la réduction du taux de prévalence des maladies diarrhéiques », a indiqué M. Ngom qui a précisé que même les germes de microbes qui peuvent vivre à la température ambiante ne peuvent pas résister au savon.

C’est pour cette raison que l’Unicef a bien voulu accompagner le Service national d’hygiène par une dotation de kits d’hygiène composés d’eau de javel, de comprimés Aquatab et de savon. Pour le chef de sous-brigade, l’Unicef a toujours apporté au Service national d’hygiène un appui conséquent et permanant pour la mise en œuvre de son plan d’actions. Quant à l’adjoint au maire de la Médina, Médoune Diop, a relevé la bonne collaboration dans cette action de salubrité publique. Il a aussi magnifié l’initiative tout en invitant les communes d’arrondissement à se l’approprier.

Tata SANE

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !