Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


MOOC - Comprendre les addictions - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Décembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2017
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Santé maternelle : plaidoyer en faveur d’ «un accouchement humanisé» - 09/01/2014 - Sud Quotidien - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

« L’accouchement humanisé », c’est le slogan de la deuxième phase des activités du projet de renforcement des soins de santé maternelle et néonatale (Pressmn), qui a été lancée hier, mercredi. L’objectif c’est de favoriser des comportements beaucoup plus humains dans les établissements sanitaires. La région de Dakar avec l’appui de l’Agence japonaise pour la coopération internationale (Jica) a lancé hier mercredi la deuxième phase du projet de renforcement des soins de santé maternelle et néonatale. Dénommée « L’accouchement humanisé », la démarche vise à renforcer la qualité des soins et de la prise en charge des femmes enceintes dans les établissements sanitaires au moment de l’accouchement.

Il s’agira ainsi de doter les salles de soins de matériels pouvant permettre à la femme au terme de sa grossesse d’être à l’aise à « ses heures de labeur ». L’accouchement humanisé prévoit également l’accompagnement de la femme avec la personne de son choix.

Le docteur Mariétou Diop, de la Direction de la Protection et de la Survie de l’Enfant (Dsrse), espère quant à elle que le projet « permettra de diminuer le taux de la mortalité infantile et néonatale en vue d’atteindre les Objectifs du Millénaire pour le Développement à l’échéance de 2015 ». Pour ce faire, elle sollicite l’implication de tous les acteurs engagés dans la réponse à la santé de l’enfant et de la mère. Pour cette phase test, les autorités sanitaires ont décidé d’instaurer la réforme au district centre de Dakar. Un établissement choisi pour son exemplarité, a affirmé, Marie Khemess Ndiaye.

Déjà expérimenté dans les régions de Kédougou et de Tambacounda, le projet est né des suites du constat établissant 392 décès pour 100.000 naissances vivantes. L’implantation de cette réforme dans ces deux régions a, selon le médecin-chef du district centre de Dakar docteur Marie Khemess Ndiaye, contribué à renforcer l’efficacité du personnel soignant. Aujourd’hui, dira-t-elle, « Seuls 3% des prestataires continuent à pratiquer systématiquement la révision utérine, contre 43% au début du projet.

Fatou NDIAYE

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !