Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


MOOC - Comprendre les addictions - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Août/Septembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Maladies cardiovasculaires : des cardiologues conseillent une prise en charge rapide - 04/02/2014 - Le soleil - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le traitement des maladies coronariennes exige un temps de prise en charge rapide. Plus le malade perd du temps pour se faire soigner, plus il compromet ses chances de recevoir un traitement efficace. C’est ce qui ressort d’une table-ronde portant sur la prise en charge de l’insuffisance coronarienne aigüe. Le Syndicat des médecins privés du Sénégal (Symeps), en collaboration avec les laboratoires Servier, ont tenu, vendredi dernier, une table ronde sur la « Prise en charge de l’insuffisance coronarienne aigüe ». Cette maladie, selon le Pr. Abdoul Kane, chef du service de cardiologie à l’Hôpital général de Grand-Yoff, renvoie à un déficit d’apport de sang dans les artères. Ceci, poursuit-il, survient lorsqu’une artère est bouchée. Et dans ce cas, la personne atteinte ressent des douleurs dans la poitrine. Lesquelles, lorsqu’elles perdurent, provoquent une crise cardiaque.

L’universitaire soutient qu’au Sénégal, le système de prise en charge de l’insuffisance coronarienne n’est pas encore opérant. « L’électrocardiogramme n’est pas souvent disponible. Et même si nous avons tous les outils, il y a une mauvaise organisation des soins et un manque criant de ressources humaines. Je pense qu’il faut des structures de proximité qui feront le diagnostic avant de référer les malades vers des spécialistes », dit-il. Abondant dans le même sens, le cardiologue Massamba Diop de Sos médecins explique aussi que cette maladie demande un traitement rapide. « Sa prise en charge est possible au Sénégal, mais il faut aller très vite. Et pour cela, il y a une chaîne d’urgences à maîtriser. Donc, il faut sensibiliser davantage les populations sur les comportements à tenir en cas de survenue de l’insuffisance coronarienne », avance-t-il.

S’agissant de l’accès aux soins, Dr Diop souhaite une mutualisation des efforts pour permettre à chacun de pouvoir se soigner convenablement en cas de maladie. « La santé n’a pas de prix, mais elle a un coût. Il faut que chaque Sénégalais cotise un tout petit peu, même si c’est 200 FCfa par mois, pour une meilleure prise en charge de cette pathologie », lance-t-il.

Maguette Bâ, chirurgien spécialiste des maladies cardiovasculaires, préconise également la mutualisation des efforts pour un traitement adéquat des malades. « Je reçois des malades en France, et cette intervention est coûteuse. Elle est facturée à environ 5 millions de FCfa. Ce qui n’est pas à la portée de tous les Sénégalais. Mon but aujourd’hui est que les malades se fassent opérer au Sénégal, parce que le tableau technique est là. Il faut juste créer les moyens. Les autorités doivent nous aider aussi », confie-t-il.

Dr Massamba Thiam, cardiologue à la clinique du Golf, avoue que seuls 10 % des Sénégalais ont droit à cet examen. Quant au Pr. Maboury Diao de l’hôpital Le Dantec, il révèle que la prévalence de cette maladie n’a pas cessé d’augmenter. Elle était de 5 % en 1988, mais a atteint la barre des 14 % en 2012.

Ndiol Maka SECK

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !