Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


MOOC - Comprendre les addictions - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

DR Henriette Cécile DIOP, Coordinnatrice du PNT : La collaboration est insuffisante entre les programmes de lutte contre la tuberculose et le SIDA ” - 15/12/2006 - Le soleil - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le docteur Henriette Cécile Diop est la coordonnatrice du Programme national de lutte contre la tuberculose. Elle souhaite qu’il y ait plus de collaboration entre sa structure et les autres surtout celles œuvrant dans le cadre de la lutte contre le SIDA. Car, la tuberculose constitue une des premières infections opportunistes chez les Personnes vivant avec le VIH.

Vous veniez de procéder à la restitution des résultats de la revue externe du Programme national de lutte contre la tuberculose. Quel est l’intérêt de cette revue ?

Cette revue externe qui est la deuxième du genre, la première ayant été faite en 2001 nous permet de nous arrêter et d’évaluer tous les efforts qu’on eu à faire aussi bien au niveau opérationnel qu’au niveau central pour la bonne marche du programme et dans l’atteinte des objectifs que nous sommes fixés.

Donc, c’est une revue quinquennale, pour évaluer le niveau des indicateurs en matière de lutte contre la tuberculose à savoir le taux de dépistage, le taux de guérison des patients qui sont mis en traitement et la bonne marche des services de prise en charge de la tuberculose.

Qu’attentez-vous de cet atelier ?

Depuis 2001 le niveau des indicateurs a relativement augmenté ce qui nous rapproche des objectifs nationaux. Par exemple, en termes de guérison, nous sommes à 76 % alors que l’objectif fixé est à 85 %. Il faut signaler qu’en 2000 on était à 50 %. À cela s’ajoute l’engagement de l’Etat sénégalais qui depuis trois ans achète des médicaments antituberculeux qu’il distribue gratuitement à tous les patients sur toute l’étendue du territoire. L’investissement est passé de 90 millions à 200 millions francs Cfa. Il y aussi l’augmentation du nombre de centres de dépistage et de traitement dans le tout le pays.

Comme points faibles nous avons une insuffisance de la collaboration entre le Programme de lutte contre la tuberculose et celui du SIDA. Puisqu’on sait que la tuberculose constitue une des premières infections opportunistes chez les patients vivant avec le VIH. Il y a également un manque de collaboration avec les écoles de formation, l’intégration de la prise en charge de la tuberculose dans les curriculums de formation au niveau des écoles des infirmiers et à l’université. Cette situation cause un problème de la mise en œuvre car le technicien qui sort est obligé d’être recyclé pour pouvoir appliquer les protocoles de prise en charge, et tant d’autres points.

Qu’est-ce qui sera proposé pour trouver des solutions à ces manquements ?

Au sortir de cet atelier, nous allons proposer des recommandations qui seront intégrées dans le plan de mise en œuvre du programme. Ces recommandations seront exécutées aussi bien au niveau central, qu’au niveau opérationnel, c’est-à-dire à tous les niveaux de la pyramide sanitaire.

Propos recueillis PAR E Kaly

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !