Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Extension du service, groupe électrogène, etc. : Les urgences du Samu municipal - 09/01/2007 - Le quotidien - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Avec une capacité d'accueil d?hospitalisation de 24 lits, soit quinze en médecine et neuf à la maternité, le Service d'assistance médicale et d'urgence municipal de Dakar (Samu) «est devenu, rapidement, trop petit». Un constat du médecin-chef du Samu, Nehoum Séga Diallo, qui rassure toutefois que les autorités municipales ont déjà «pris l'engagement d'étendre ce service». Elles devront, également, résoudre l'équation du groupe électrogène et s'atteler à construire un bloc opératoire.

Car, indique Dr Diallo, le «fait que le Samu ne dispose pas d'un groupe électrogène, constitue un sérieux handicap». Idem en ce qui concerne le bloc opératoire, «même si la petite chirurgie y est pratiquée», précise le médecin-chef du Samu municipal.
Cependant, ce Samu présente quelques innovations majeures. Ce sont le centre de régulation des appels téléphonique et la salle de déchocage.

D'un parc de cinq ordinateurs qui captent directement les appels, «ce sont neuf opérateurs qui se relaient 24 heures sur 24 pour fournir les premières assistances et, au besoin ce sont les médecins qui assistent ces patients». Quant à la salle de déchocage, elle «accueille tous les malades en état de choc. On y prépare ces cas de patients avant de les ventiler dans les services appropriés. Elle est dotée, en plus d'obus d'oxygène, d'un appareil dénommé scope pour prendre la tension, le pouls et contrôler la saturation en oxygène».

Au niveau de cette structure sanitaire et d'assistance médicale, qui a démarré ses services, depuis janvier 2005, c'est le paludisme qui y est la principale cause de consultation. Nehoum Diallo révèle que «80% des consultations faites au niveau du Samu concernent cette pathologie».

Par ailleurs, si le responsable technique de ce service se vante du fait qu'au niveau de ce Samu «qui fonctionne comme un centre de santé, il n'y a que des médecins qui tiennent les consultations», il regrette que les populations ne connaissent pas les spécialités offertes par son service. Celles-ci sont la cardiologie, l'urologie, la pédiatrie, la dermatologie, la psychiatrie, la gynéco-obstétrique, la psychologie et la médecine générale. Ce qui, sans doute, justifie les journées portes ouvertes que le Samu municipal avait organisées pendant deux jours, le mois dernier.

AsseBahaid SOW

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !