Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Août/Septembre 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Promotion de la contraception d’urgence : Pour une lutte efficace contre les avortements et les grossesses non désirées - 07/03/2006 - Le soleil - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

La contraception est peu ou mal connue au Sénégal. Son utilisation peut pourtant éviter à certaines jeunes filles ou jeunes femmes de se retrouver avec une grossesse non désirée ou d’avoir recours à un avortement clandestin.
La contraception d’urgence est une sorte de contraception secours pour une femme qui a eu un rapport sexuel non protégé, mais qui ne désire pas pour autant tomber enceinte. Au Sénégal, cette méthode reste peu ou mal connue.

C’est en tout cas ce qu’a révélé une enquête réalisée récemment par l’organisation Population council au niveau des régions de Dakar, Saint-Louis, Louga et Kaolack. L’étude a également révélé que bon nombre d’acteurs de la santé concernés n’étaient pas formés dans ce domaine. Pourtant, en 2002, la fondation Compton, l’Ong française Équilibre et population, ainsi que la Fédération internationale pour la planification familiale (Ippf) avaient initié un projet pour la promotion de ce type de contraception dans quatre pays d’Afrique dont le Sénégal où il avait été piloté par l’Asbef.
En vue d’élargir l’accès et l’utilisation de ce mode de contraception au Sénégal, le Population council, en partenariat avec la Direction de la santé de la reproduction a organisé, le mardi 28 février, un atelier visant à analyser la situation de la contraception d’urgence au Sénégal pour ensuite formuler des recommandations afin d’améliorer l’offre et l’accès à ce mode de planification.
Dans sa communication, Mme Aïssatou Sano Coly de la division de la santé de la reproduction, a rappelé que les pays d’Afrique de l’Ouest ont les taux les plus élevés au monde en matière de besoins non satisfaits en planification familiale. Cela entraîne chaque année, d’après les chiffres de l’Organisation mondiale de la santé (Oms), vingt millions d’avortements clandestins suite à des grossesses imprévues. Une situation dangereuse qui occasionne le décès de quelque 80.000 femmes.

Au Sénégal, le taux de femmes ayant un besoin non satisfait en planification familiale est de 35 %, selon l’Enquête démographique de santé (Eds) de 1997. Il s’agit de toute femme féconde sexuellement active, n’utilisant aucun moyen de contraception, et qui pourtant souhaiterait espacer ses grossesses d’au moins deux ans ou limiter ses naissances. Il en résulte qu’une grossesse sur trois est non désirée.
Et pourtant, estime Mme Coly, le recours à une contraception d’urgence aurait pu éviter bon nombre de situations déplorables.
Bien que cette méthode figure dans le dernier curriculum de formation en planification familiale au Sénégal, datant de 1998, et que le premier document de protocole en santé de la reproduction de 2000 y a fait allusion, ce n’est qu’après la dernière révision des documents, en 2005, qu’elle a été introduite en tant que méthode dans les normes et protocoles en santé de la reproduction, regrette-t-elle.
Pour Mme Youmané Faye de Population council, le besoin non satisfait en planification familiale est en partie dû au manque d’information sur les méthodes de contraception en général et à l’accès financier et géographique limité. Il devient dès lors urgent de former les acteurs de la santé qui, à leur tour, sensibiliseront les clients, et d’approvisionner les structures sanitaires pour garantir la disponibilité de la méthode.
Ceci d’autant plus, fait-t-elle remarquer, que la contraception d’urgence, tout comme les autres formes de contraception, a un rôle important à jouer dans la réduction de la mortalité maternelle, conformément à l’Objectif du millénaire pour le développement (Omd).

Un couteau à double tranchant

Dans la vie de couple, la contraception d’urgence est une méthode d’appoint utilisée dans des cas extrêmes. En cas d’oubli d’une pilule, par exemple, ou par la femme dont le mari, en voyage, arrive inopinément et qui n’a pas eu le temps de se mettre sous contraceptifs. Ou encore, en cas de déchirure inopinée d’un préservatif.
Cependant, l’accès de ce mode de contraception aux adolescents, comme l’a signalé dans un de ses bulletins le réseau Ec Afrique qui a pris part à l’atelier, a suscité presque partout dans le monde un débat houleux.
Au Sénégal, certains prestataires, ainsi que les enquêtes menées ont permis de le constater, évitaient, par souci moral ou par conviction religieuse de conseiller cette méthode aux adolescentes, de crainte qu’elle ne les incite à la débauche. Dans le même souci, certaines personnes interrogées se sont montrées réticentes face à la vulgarisation de ce type de contraception à travers les médias et ont préféré une approche de proximité au niveau des centres de santé.
Toutefois, pour les acteurs de la santé présents lors de l’atelier, il faudrait mettre en avant les conséquences socio-économiques et psychologiques que les grossesses indésirées peuvent engendrer, ainsi que les risques liés aux avortements clandestins. Car, il y va de la santé et du bien-être des jeunes. Une autre enquête menée à Dakar dans les établissements scolaires et universitaires et réalisée par le Centre de formation et de recherche en santé de la reproduction (Ceforep) montre, en effet, que les jeunes, même s’ils ne connaissent pas cette méthode, en ont besoin. Les pratiques, souvent issues de croyances erronées qu’ils utilisent dans l’espoir de se débarrasser d’une éventuelle grossesse, témoignent de ce fait.
Les participants ont insisté sur la nécessité, dans tous les cas, de sensibiliser les jeunes sur cette méthode afin qu’ils puissent y avoir accès en cas de nécessité, en mettant toutefois l’accent sur le fait qu’elle ne protège pas des Infections sexuellement transmissibles (Ist) et ne peut se substituer à une contraception régulière.

Au secours des victimes de viol

Se retrouver enceinte après avoir subi une agression sexuelle est la pire chose qui puisse arriver à une femme. En tant que composante du traitement clinique des victimes, la contraception d’urgence peut, dès lors, jouer un rôle important en réduisant la probabilité de grossesse résultant de cette expérience traumatisante. Le réseau international Ec Afrique, qui a consacré un de ses bulletins à ce thème, fait savoir que des études récentes ont montré que très peu d’hôpitaux, bien que cette méthode soit connue au niveau de la communauté médicale depuis des décennies, offraient ce service vital. Aux Etats-Unis, des efforts sont en cours, car certains Etats exigent, désormais, que les salles des urgences des hôpitaux offrent la contraception d’urgence et /ou l’information afférente à toutes les victimes d’agression sexuelle. En Afrique, l’accès à cette contraception est beaucoup moins assurée et dépend des connaissances du prestataire de soins de santé officiant. Le Kenya, cependant, a fait un pas important dans la lutte pour élargir l’accès à cette méthode à travers notamment la police locale, les centres de dépistage volontaires du Vih /sida, les hôpitaux privés et bientôt le service public.

Salimata Gassama Dia

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !