Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Vaccins contre la grippe aviaire : Les résultats des premiers tests sont prometteurs - 27/02/2007 - Le soleil - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Les éleveurs et les consommateurs de poulets pourront mieux respirer. Il sera peut-être bientôt possible, grâce à la recherche et aux essais cliniques en cours, de renforcer le système immunitaire de l’homme contre la maladie si redoutée. DAKAR - Des experts réunis pendant deux jours à l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour évaluer les progrès réalisés dans la mise au point de vaccins contre la grippe pandémique ont fait état de résultats encourageants. Seize fabricants de 10 pays sont en train d’élaborer des prototypes de vaccins antigrippaux contre le virus H5N1 de la grippe aviaire. Cinq d’entre eux participent également à la mise au point de vaccins contre d’autres virus aviaires (H9N2, H5N2 et H5N3).

A ce jour, plus de 40 essais cliniques ont été réalisés ou sont en cours. La plupart ont porté sur des adultes en bonne santé.
Certaines sociétés, après avoir procédé à des analyses d’innocuité sur des adultes, ont entrepris des essais cliniques sur des personnes âgées et des enfants. Tous les vaccins se sont révélés sûrs et bien tolérés par toutes les catégories d’âge soumises à expérimentation.

Pour la première fois, les résultats présentés lors de cette réunion ont démontré de manière convaincante que la vaccination à l’aide des vaccins contre la grippe aviaire récemment mise au point pouvait susciter une réponse immunitaire potentiellement protectrice contre les souches de virus H5N1 isolés dans divers lieux géographiques. Certains de ces vaccins fonctionnent avec de faibles doses d’antigènes, ce qui signifie que des doses de vaccins sensiblement plus nombreuses pourraient être disponibles en cas de pandémie.

Ces développements ont été discutés à la réunion de l’OMS sur l’évaluation des prototypes de vaccins contre la grippe pandémique ayant fait l’objet d’essais cliniques, qui s’est tenue à Genève, les 15 et 16 février 2007. Il s’agissait de la troisième réunion du genre en à peine deux ans et ses objectifs étaient de faire le point sur les progrès réalisés dans l’élaboration de vaccins candidats contre les virus de grippe pandémique, ainsi que de parvenir à un consensus sur les futures activités prioritaires.

Plus de 100 experts en matière de vaccins antigrippaux - représentant des milieux universitaires, des institutions de Santé nationales et régionales, l’industrie pharmaceutique et des instances de contrôle du monde entier - ont participé à cette réunion organisée à l’OMS par le Programme pour la recherche sur les vaccins et le Programme mondial de lutte contre la grippe. Des informations relatives à 20 projets ont été présentées et ont fait l’objet de discussions. La plupart des fabricants utilisent des souches vaccinales correspondant aux virus H5N1 fournis par les centres collaborateurs de l’OMS.

Malgré les progrès encourageants relevés lors de cette réunion, l’OMS souligne que le monde manque encore de la capacité de production permettant de faire face à la demande potentielle de vaccins contre une pandémie de grippe, car la capacité annuelle est estimée actuellement à moins de 400 millions de doses de vaccin trivalent contre la grippe saisonnière.

Afin de relever ce défi, l’OMS a lancé en 2006 le Plan d’action mondial destiné à accroître l’approvisionnement en vaccin contre la grippe pandémique (GAP), effort dont le coût est de US$ 10 milliards sur 10 ans.
L’un de ses objectifs est de permettre aux pays en développement de mettre sur pied leurs propres unités de production de vaccin antigrippal grâce à un transfert de technologie, leur procurant le moyen le plus durable et le plus fiable de faire face à la menace de grippe pandémique.

L’OMS collabore actuellement avec plusieurs fabricants de vaccins, surtout dans des pays en développement, affectés par le H5N1, pour faciliter la production de vaccins antigrippaux dans ces pays même.

PANA

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !