Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Tuberculose : L’appui social encore insuffisant à Thiès… - 28/03/2007 - Le soleil - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Gratuité du traitement, appui nutritionnel. Quant à l’appui social, il reste insuffisant dans la prise en charge de la tuberculose dans le district sanitaire de Thiès. Il est environ 11 heures, lorsque nous arrivons au bloc réservé au traitement et au suivi des personnes atteintes de tuberculose. Au district sanitaire de Thiès, des malades se succèdent à l’intérieur de la salle à la rencontre de Madame Sy, Ndiaté Ndiaye et de son collègue, Mme Awa Guèye Niang. Deux jeunes filles, trois jeunes hommes et un adulte sont venus prendre leurs médicaments.

Ici, la tuberculose est considérée comme toutes les autres maladies. L’endroit est accessible et s’aligne dans un même bâtiment que d’autres salles réservées pour le traitement d’autres pathologies.
La tuberculose se traite gratuitement. “ Le malade, une fois dépisté pour un ticket de consultation qui coûte 500 francs Cfa, est entièrement pris en charge pour ses médicaments et ses analyses de suivi ”, indique Mme Sy.

Ainsi, pendant 8 mois, le malade se doit de suivre scrupuleusement son traitement. “ D’ailleurs, pour encourager les nouveaux malades à se traiter, nous avons mis en place, l’association des anciens malades guéris de la tuberculose qui rencontre tous les six mois, les malades sous traitement ”, confie Mme Sy. Une approche qui permet aux uns et aux autres de se soutenir mutuellement en échangeant leurs expériences respectives. Car, selon elle, après deux mois de suivi médical, le malade voit son état de santé s’améliorer et a tendance à se relâcher. “ Le taux de malades disparus tourne autour de 10 % des malades suivis dans notre district sanitaire ”, précise-t-elle.

Parallèlement au suivi médical, la tuberculose étant une maladie dont le traitement s’accompagne de repos et d’une bonne alimentation, “la région médicale, depuis quelque temps, apporte un supplément de nourriture aux cas graves. Mais, l’appui social reste encore en deçà de nos attentes”, se plaint Mme Sy.

Aussi, lance-t-elle un appel aux structures de la société civile (Ong, association) à s’approcher du district sanitaire de Thiès pour participer à “ l’effort de guerre ” dans la lutte pour éradiquer la tuberculose.
Sachant qu’elle touche surtout les jeunes dans notre pays, il urge que la communauté s’engage par un appui social conséquent des malades de la tuberculose.

Il s’agit, outre l’aide en nourriture, de pousser toutes les personnes qui toussent pendant plus de 15 jours sans arrêt, à faire le dépistage. Car “malheureusement, 40 % des malades qui nous arrivent ont déjà accusé beaucoup de retard chez les guérisseurs”, déplore Mme Ndiaté Sy.
Présentement, 415 malades sont suivis dans le district sanitaire de Thiès.

Mbaye Bâ

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !