Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Journée mondiale de don de sang : L’augmentation des donneurs, toujours une priorité - 14/06/2007 - Le soleil - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

La Journée mondiale de don de sang est célébrée aujourd’hui au Centre national de transfusion sanguine en présence des ministres, Abdou Fall et Aïda Mbobj. « Un sang sécurisé pour une maternité sans risque ». Tel est le thème de la journée mondiale du sang qui est célébré aujourd’hui au Sénégal et dans le Le sang est beaucoup utilisé pour les traitements des complications post-natales. L’insuffisance ou la non disponibilité du sang a déjà entraîné de graves conséquences dans notre pays. 401 cas de décès maternels surviennent pour 100.000 naissances vivantes. Un quart de ces décès maternels peut être évité si les femmes avaient accès à du sang sécurisé. La sécurisation du sang implique le respect des critères sur toute la chaîne. C’est pour cela que le Centre national de transfusion sanguine sélectionne les donneurs. « Nous ciblons les donneurs à faible risque », a informé le chef de service du sang du Cnts.

Plusieurs maladies comme le syphilis, l’hépatite B, le VIH/SIDA sont dépistés. Près de 12% du sang collecté ne sont pas utilisés. Cette démarche sélective répond au souci de préserver la santé des receveurs. Le Centre tient aussi à la protection de la santé des donneurs. Ceci se traduit par l’utilisation des matériels à usage unique et au respect strict de la procédure de prélèvement. « Il n y a aucun risque en venant donné son sang », a affirmé le docteur Saliou Diop. Mais comme l’a souligné le professeur Daouda Thiam le premier critère de sécurisation c’est la disponibilité du sang. En effet, la récurrence de la pénurie est monnaie courant au centre de transfusion sanguine.

Le recrutement des donneurs volontaires, leur fidélisation, et la décentralisation des structures de collectes sont, entre autres, les stratégies développées pour parer aux pénuries. Mais, il faut en amont, encourager l’utilisation judicieuse de ce liquide précieux. « L’utilisation rationnelle du sang par les hôpitaux est à encourager. Il faut continuer de développer les alternatives à la transfusion et ne réserver le sang qu’à ceux qui en ont vraiment besoin », a préconisé le directeur de cabinet du ministre de la Santé et de la Prévention médicale. Au Sénégal, seuls 40.000 dons sont réalisés alors que les besoins réels sont évalués à 200.000.

I. SANE

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !