Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Santé de la reproduction : Une trentaine de relais formés pour la sensibilisation - 25/06/2007 - Le soleil - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Ils sont plus d’une trentaine de relais à avoir été formés à Kaolack dans le cadre du projet Santé 2 financé par la Banque africaine de développement (Bad) et exécuté par l’Association pour la promotion de la femme au Sénégal (Aprofes). Ceci dans le cadre de la santé de la reproduction qui est un volet important de la santé". La santé de la reproduction concerne les femmes en âge de procréer, les enfants de 0 à 5 ans et les personnes âgées (aussi bien les hommes que les femmes). Mais, il faut le reconnaître, dans la région de Kaolack, ce volet connaît des difficultés énormes qui ont trait à la couverture et aux indicateurs. Particulièrement, la couverture en consultations prénatales".

La coordinatrice en santé de la reproduction d’expliquer qu’à Kaolack, "les femmes enceintes commencent les consultations prénatales tardivement. A partir du 3e, 4e trimestre ou même parfois au 9e mois de la grossesse. Alors que les normes, c’est d’avoir 4 consultations prénatales avant l’accouchement". Or, tient à préciser Mme Thiam, "la première consultation prénatale doit se faire le 1er trimestre, la seconde au 2e trimestre, la troisième consultation au 3e trimestre et éventuellement au 9e mois de la grossesse". Ce qui n’est pas le cas, note-t-elle. Un problème majeur de couverture de consultation prénatale qu’il convient de résorber.

A cela s’ajoute, souligne Mme Thiam, le problème des accouchements assistés. Car, il est constaté que, même si les femmes font les consultations prénatales, la plupart d’entre elles accouchent à domicile, avec tous les risques que cela comporte. Mais, ce phénomène est lié certainement à l’ignorance, au manque de moyens et au problème d’accessibilité géographique aux structures de santé surtout en milieu rural. Seulement, à Kaolack, le problème se pose avec moins d’acuité puisque chaque quartier dispose d’un poste de santé doté d’une maternité. L’autre problème crucial évoqué se situe au niveau de la planification familiale avec un indicateur de 3 % pour un objectif de 10 % des femmes en âge de procréer. C’est pour cela que la formation des relais se justifie.

Puisque, les différents participants semblent maintenant bien outillés pour porter la voix aux populations ; les sensibiliser sur la véritable définition de la santé de la reproduction, ses composantes et les bénéficiaires des services. Aussi, ces relais devraient être en mesure de définir le genre et faire le lien entre celui-ci et la santé reproductive. D’autant que, selon la coordinatrice de la santé de la reproduction à Kaolack : "un soutien accru est attendu des hommes par rapport surtout aux consultations prénatales, aux accouchements assistés et aussi à l’utilisation des services de planification familiale. Car, la femme n’a pas peut-être le pouvoir de décision encore moins les ressources financières et matérielles nécessaires pour pouvoir respecter tout ce processus".

Donc sur le terrain, un important travail attend les relais qui ont été formés pour sensibiliser non seulement femmes et les hommes, mais aussi les grand-mères considérées comme étant les gardiennes des maisons. Signalons que le projet Santé 2, selon son superviseur Alioune Kandji, intervient dans quatre (4) volets stratégiques que sont la lutte contre la mortalité maternelle et infantile, la lutte contre le paludisme, les IST/VIH et la promotion des mutuelles de santé. Tout en mettant l’accent sur l’approche genre.

MOHAMADOU SAGNE

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !