Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Enclaves et sans poste de santé : La mortalité maternelle et néonatale fait des ravages dans 84 villages à Tankon - 18/07/2007 - Sud Quotidien - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Tankon, situé dans le Nord Est de Sédhiou enregistre un taux de mortalité maternelle et néonatale qui inquiète plus d’un. Le seul poste de santé existant polarise 84 villages alors que la zone est sévèrement t enclavée. Tankon est l’une des zones de responsabilité médicale les plus vastes de Sédhiou avec 84 villages pour un seul poste de santé dans la façade Est de la communauté rurale de N’diamacouta. Ici, l’enclavement et l’éloignement des villages ont fini d’installer le désespoir chez les populations surtout en cette période d’hivernage.

Les charrettes constituent les seuls remparts pour les évacuations sanitaires du fait de l’indisponibilité des ambulances ; bref, le cocktail est détonnant et fait le lit des nombreux cas de décès maternels et néo natals et autres complications graves : « la zone de Tankon est la plus vaste du district sanitaire de Sédhiou voire de la région médicale de Kolda avec 84 villages reconnus. Pour ce qui est des évacuations sanitaires, nous rencontrons de sérieuses difficultés du fait d’abord du mauvais état des routes, inexistantes j’allais dire car en réalité, il n’y a que des pistes sablonneuses empruntées pour l’essentiel par des charrettes à traction équine.
En plusieurs endroits, se trouvent des cuvettes qui se remplissent d’eau en cette saison des pluies. C’est dire vraiment que la zone est sévèrement enclavée en toutes périodes de l’année. Il s’y ajoute malheureusement un manque criard de logistique. De là à imaginer aisément le calvaire que nous éprouvons quand il s’agit d’évacuer nos malades vers les structures de santé comme Sédhiou ou Kolda et ou encore Ziguinchor. Toutes choses qui augmentent les cas de mortalité maternelle et néo natale dans notre zone de Tankon.

Et présentement, la situation est plus compliquée que par le passé. Imaginer une femme en travail (dont le processus d’accouchement à démarrer) qu’on doit évacuer d’urgence dans ces conditions ; très souvent celles qui font des complications perdent facilement la vie en donnant la vie. Cela arrive très souvent chez nous et hélas de façon croissante » s’indigne M’baye Fall, l’infirmier chef de poste de Tankon. Et de lancer un appel : « nous demandons à toutes les bonnes volontés en dehors des services de l’Etat de nous soutenir davantage pour dépasser cette situation pour le moins atroce ».

De même, les populations par la voix d’Aliou Cissé, notable, font remarquer ceci : « nous sommes comme des malpropres laissés à eux-mêmes sans une moindre considération. D’abord, comment expliquer un seul poste de santé dégarni pour près d’une centaine de villages et autres hameaux. Comment expliquer que ces populations n’aient pas accès à une route même latéritique, comment expliquer qu’un poste de santé comme Tankon n’ait aucune ambulance alors que nous nous acquittons régulièrement de nos impôts. Cela est vraiment inadmissible. Par plusieurs occasions, nous avons élevé notre voix pour décrier un tel état de faits mais cela nous a paru en définitive comme un monologue. Nous prenons acte ».

Sur place, la psychose de perdre son épouse dans des épreuves aussi dures que l’accouchement habite nombre de pères de famille. D’autres qui ont la possibilité envoient leur conjointe en milieu urbain le temps de la maternité.

Par Moussa Dramé

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !