Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Grace au plan américain PEPFAR contre le SIDA ; Des malades africains retrouvent espoir en l’avenir - 31/07/2007 - Sud Quotidien - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

« Grâce au Plan présidentiel d’aide d’urgence à la lutte contre le sida dans le monde (Pepfar), des gens qui s’estimaient condamnés par la maladie ont une seconde chance à la vie ». C’est ce qu’a affirmé Mme Laura Bush, lors d’un discours prononcé le 25 juillet au Club national de la presse (Usa). Elle a ajouté qu’elle avait été heureusement surprise par ce qu’elle avait vu lors de sa récente tournée en Afrique. La première dame des Usa qui vient de boucler une tournée en Afrique a avoué avoir rencontré au Sénégal, au Mozambique, en Zambie et au Mali, des gens qui envisageaient aujourd’hui un avenir productif parce qu’ils avaient désormais accès, grâce au Pepfar, à des médicaments qui maintiennent la maladie du sida en échec.

Annoncé par le président George Bush en 2003, le Pepfar est un plan de lutte contre le sida de 15 milliards de dollars sur cinq ans. Il s’agit de la plus vaste initiative jamais mise en œuvre par un pays dans le domaine de la santé internationale. Au 1er mars, le programme permettait de financer un traitement antirétroviral pour plus de 1,1 million de personnes dans 15 pays d’Afrique subsaharienne, d’Asie et des Caraïbes. Pourquoi l’Afrique subsaharienne, serait-on en droit de se demander ?

Le Pepfar se concentre en effet essentiellement sur l’Afrique subsaharienne parce qu’elle est l’une des régions les plus touchées par le VIH/SIDA. On y dénombre quelque 26 millions de séropositifs et avant le lancement du Pepfar, seulement 50.000 malades y recevaient des traitements. « Aujourd’hui, ils sont plus d’un million », a dit Mme Laura Bush. Pour la première dame des Etats unis, l’une des raisons du succès du Pepfar en Afrique subsaharienne est que les programmes sont conçus en étroite collaboration avec les pays concernés.

C’est dans ce cadre que les États-Unis ont appuyé un modèle global de prévention conçu par des responsables africains et fondé sur la chasteté, la fidélité et l’utilisation correcte de préservatifs. « Ce modèle a produit des effets positifs en Ouganda, au Botswana, en Éthiopie, en Tanzanie et en Zambie », a affirmé sans ambages Mme Bush. Au Kenya ainsi, la prévalence du sida a fortement diminué, tombant de 10 % au milieu des années 90 à 06 % aujourd’hui…

Source Ambassade US

Par Moctar DIENG

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !