Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Août/Septembre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Sédhiou / Difficile accès aux soins de santé à N'diamacouta : L’Association Fallou au chevet des 18 villages du poste de santé - 28/09/2007 - Sud Quotidien - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Dans la communauté rurale de N’diamacouta, il n’est pas rare de rencontrer un patient ou une femme en travail qui peine à bénéficier des soins de santé adéquats en temps réel. C’est parce que la demande est de loin plus forte que l’offre : un seul poste de santé pour dix- huit villages très enclavés. Ce constat amer a guidé le pas des membres de l’association Fallou basée en France jusque dans cette localité pour remettre un important lot de médicaments et de matériel médico-chirurgical. Mais le départ de l’infirmier chef de poste de la localité sans remplacement immédiat a choqué les populations du Kabada. Le médecin chef rassure que l’affectation ne tardera pas à intervenir.

Le poste de santé de N’diamacouta polarise dix huit villages dans la façade Nord de l’arrondissement de Bounkiling pour une population estimée à 11.112 habitants. La structure se caractérise par une accessibilité très difficile en toutes saisons et de très longues distances qui la séparent des grands centres hospitaliers de la région naturelle de Casamance.
Au sein de cette population Halpoular (le grand groupe ethnique des peuhls), les richesses sont très inégalement réparties. Nombreux sont en effet ceux qui peinent à payer toutes les prescriptions médicales au point de recourir à la générosité de l’infirmier chef de poste. Les pathologies les plus courantes sont entre autres : le paludisme, les infections respiratoires aiguës, les diarrhées, les parasitoses, la malnutrition et l’anémie. Autant de situations durement ressenties par les populations et qui ont guidé les pas des membres de l’Association Fallou basée en France.

C’est le fruit de la connaissance faite par un natif de N’diamacouta Kéba Cissé avec le nommé Michaël. La collaboration se renforce et accouche d’une solidarité bien agissante à l’endroit des plus démunis. « C’est en fait en 2003, dans le cadre d’études en soins infirmiers que j’ai rencontré le nommé Kéba Savané Cissé qui m’a ensuite invité à venir lui rendre visite dans son village de Casamance N’diamacouta. Lors de cette visite, un recueil de données du village fut fait ; mon séjour fut enrichissant dans le sens ou Kéba Cissé a géré avec facilité et diplomatie l’inter relation avec la population, les professionnels de la santé ainsi que les personnes investies de bonne volonté.

Depuis 2003, nos amis et frères étudiants viennent travailler au dispensaire de N’diamacouta avec dans leurs sacs d’importants lots de médicaments et de matériel médical. C’est donc cette action que nous sommes en train de perpétuer grâce à la générosité de Kéba Cissé, un homme respectueux et influent dans le village » a déclaré Michaël Elaya, vice président de l’Association Fallou. Et Catherine Bourèse, un autre membre de ladite association de se féliciter de la joie des populations à la réception de ces équipements et médicaments. La valeur marchande n’a pas été définie. Il s’agit d’après les membres de la délégation d’une masse devant dépasser les trois tonnes réparties entre le poste de santé No 1 de Dakar et le dispensaire de Niangal. Ainsi, les populations, par la voix de Moussa Sakho représentant le président du conseil rural de N’diamacouta, du chef de village Alias Cissé et de l’Imam Oumar Cissé n’ont pas tari d’éloges pour remercier les « généreux donateurs qui ont bien voulu faire le déplacement nonobstant l’hivernage qui bat son plein chez nous » ont-ils laissé entendre.

Par ailleurs et dans un tout autre registre, le départ annoncé de l’infirmier chef de poste de la localité Abdou M’baye pour raison de promotion professionnelle est vécu comme un vide difficile à combler eu égard à son degré d’intégration au sein de la population et sans distinction de rang social : « nous avions souhaité ta promotion. Sinon, on ne te laisserait pas du tout partir. » s’est ainsi adressé à Abdou M’baye une foule qui n’a pu contenir ses larmes tout au long de la cérémonie d’une solennité rare tout en souhaitant un remplacement rapide de Abdou M’baye. Le médecin chef du district de Sédhiou le docteur Kalidou Konté présent à la rencontre, a promis d’y affecter un autre agent.

Par Moussa Dramé Correspondant permanent

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !