Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Mortalité maternelle : L’hécatombe continue - 16/10/2007 - Sud Quotidien - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

La mortalité maternelle dans le monde est passée de 576 000 en 1990, à 536 000 décès en 2005. Cette baisse de 7,4% est réelle certes, mais insuffisante pour que subsiste une chance d’atteindre le 5ème Objectif du Millénaire pour le Développement. A savoir, réduire de 75% le nombre de décès d’ici 2015.

Plus préoccupant encore : c’est dans les régions les plus pauvres que sont observés les moins bons résultats. Près de 99% des décès maternels surviennent en effet dans des pays en développement. L’Inde arrive en tête avec 117 000 morts en 2005. Elle est suivie du Nigeria (59 000), de la République démocratique du Congo (59 000) et de l’Afghanistan (26 000).
Les difficultés d’accès des femmes à l’éducation jouent un rôle majeur dans cette mortalité très élevée. Le poids des traditions culturelles aussi. « Pour réduire la mortalité maternelle dans les pays pauvres, il est primordial d’améliorer leur éducation et donc leur indépendance » prévient l’Oms dans un communiqué conjoint avec l’Unicef, le Fonds des Nations Unies pour la Population (Fnuap) et la Banque mondiale. En effet, à quoi bon généraliser les structures de soins obstétricaux d’urgence si les femmes ne peuvent y accéder… « Il est très important qu’elles puissent connaître les dangers d’un avortement non médicalisé, et identifier les complications d’une grossesse (mal suivie).
Sinon, elles n’iront pas d’elles-mêmes se faire soigner » poursuit l’Oms. Un message qui a grandement besoin d’être rappelé face à l’urgence de la situation. Au Sierra Leone par exemple, 2 100 femmes meurent tous les ans pour 100 000 naissances vivantes. A titre de comparaison, c’est 2 100 fois plus qu’en Irlande, le meilleur élève au monde dans ce domaine.

Source OMS

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !