Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Choléra à Saint Louis : Les bons résultats de l’approche multidimensionnelle - 17/10/2007 - Le soleil - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le ministre de la Santé et de la Prévention médicale, madame Safiétou Thiam, a présidé un CRD spécial sur la gestion et le traitement de l’apparition de cas de choléra. Tout en proposant une approch emultidimensionnelle pour freiner son expansion, le ministre s’est félicité de la riposte de la région de Saint-Louis, qui avec ses 47 cas en moins de quinze jours, a permis de maîtriser cette épidémie de choléra. Elle a aussi a annoncé l’organisation d’une riposte, qui a été adoptée à plusieurs niveaux. Mettre fin à la recrudescence du choléra, qui connaît aujourd’hui une montée en puissance avec pas moins de 1554 cas dans l’ensemble du pays dont 2 décès.

Telle est la volonté affichée du ministère de la Santé et de la Prévention médicale, qui a organisé une riposte en vue de stopper la propagation de cette épidémie qui touche particulièrement la région de Diourbel, avec plus de 80% des malades déclarés, Louga et Saint Louis où l’épidémie a été bien maîtrisée. C’est ainsi que plusieurs niveaux ont été adoptés. Selon le ministre, « un comité de gestion de l’épidémie pluridisciplinaire a été mis en place et ses membres se retrouvent hebdomadairement pour faire le point et définir les orientations concernant la lutte contre la maladie ». Toujours dans la lutte contre la propagation de cette maladie, le ministre a annoncé qu’une cellule de veille restreinte, composée des trois plus grandes directions du ministère, se retrouve tous les matins en cellule de crise pour faire face.

D’autres mesures ont également été prises pour limiter la propagation de l’épidémie. C’est ainsi qu’au niveau des régions, le ministère a mis à disposition du matériel de prise en charge, mais aussi des brochures d’informations pour sensibiliser les populations et conduire à un changement de comportements. Le système d’alerte a été aussi maintenu. Même dans les zones qui n’ont pas été touchées. Pour les régions non frappées, du matériel d’hygiène, des médicaments et solutés ont été envoyés et la brigade d’hygiène a été doté pour la désinfection du foyer des malades et ses environs. Les eaux stagnantes aussi ont reçu un traitement phytosanitaire.

« Nous savons que les déterminants pour la maladie sont les facteurs comportementaux, individuels comme collectifs, mais également les facteurs structurels et environnementaux », a fait savoir le ministre, avant d’ajouter que « pour régler ce problème, il faut une approche multidimensionnelle, une stratégie à large échelle et nous savons que le plaidoyer est déjà porté au niveau du président de la République et du Premier ministre pour que les populations aient accès à l’eau potable, ainsi qu’au réseau d’assainissement et la restructuration de ces quartiers. » Le ministre a donc promis d’intensifier ce plaidoyer qui a déjà commencé.

Le cas particulier de Touba où l’épidémie est entrain de prendre une allure qu’il convient de stopper nécessairement a aussi été évoqué par le ministre. « Toutes les épidémies ayant un cycle de vie, notre rôle est de raccourcir le cycle de vie de celle qui sévit à Touba. » En ce sens, le ministre a confié que tous les efforts sont déployés pour qu’elle atteigne le plus vite son plateau de stabilisation, afin de faire baisser cette courbe. « Nous allons intensifier la lutte au niveau de Touba et nous y avons déployé plus de moyens que dans les autres régions », a-t-il affirmé, tout en précisant que des agents du service d’hygiène de Thiès et de Fatick vont être mobilisés pour renforcer le dispositif déjà en place, en plus de l’affectation de citernes pour l’alimentation en eau potable de la ville sainte.

En ce qui concerne les incidences relatives à la crue de fleuve et les mesures à prendre face aux risques réels qu’elle pourrait engendrer aussi bien dans les zones de Pikine que sur le lit majeur du fleuve, le ministre a affirmé que « l’approche multidimensionnelle sera privilégiée, d’autant plus que d’autres maladies risquent d’éclore si cela venait à arriver. »

Samba Oumar Fall

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !