Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Octobre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Juillet/Août 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Prise en charge du paludisme : Succès du test de dépistage rapide à Mbour - 18/10/2007 - Le soleil - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le paludisme est bien géré dans le district sanitaire de Mbour où sur 101 hospitalisés dans la période allant de juin à août 2007, 2 personnes seulement ont succombé pour motif de neuro-paludisme. La nouveauté cette année aura été le démarrage du Test de Dépistage Rapide (TDR) qui permet de faire un diagnostic fiable. Dans le district sanitaire de Mbour qui compte 22 postes de santé et 1 centre de santé, 42000 consultations ont été enregistrées dont 11496 cas de paludisme durant la période allant de juin à août 2007. La morbidité du paludisme a été de 27% dans la population générale. Chez les enfants de 0 à 5 ans le paludisme est plus important d’autant que 28% de ces derniers ont été atteints. Ils sont 3385 malades du paludisme sur 11921 consultations chez ces mêmes enfants.

Les femmes enceintes n’ont pas été épargnées par le paludisme. 29% d’entre elles ont été atteintes, ce qui témoigne de la vulnérabilité chez ces dernières et chez les enfants de moins de 5 ans.
Au pavillon du centre de santé, les malades hospitalisés pour cause de paludisme représentent, selon Madame Diakhaté, superviseur du district sanitaire de Mbour 35%. Elle a précisé que malgré tout, ces malades sont bien gérés et les médicaments sont disponibles. Par rapport à la prévention du paludisme, elle avance qu’il y a une forte promotion de la moustiquaire imprégnée qui coûte 1.000 F Cfa l’unité.

Près de 12.000 moustiquaires ont été vendues. Il y a en plus une forte implication communautaire au niveau de la population se manifestant par des causeries, des activités de mobilisation sociale et des activités d’assainissement de base.
Madame Diakhaté note que chez les femmes enceintes, il y a la prise supervisée par le personnel médical de la Sulfa d’oxyne Pyrametamine (SP). Elle rappelle qu’il ne suffit pas d’acheter la moustiquaire imprégnée, mais faudrait-il dormir à l’intérieur, a-t-elle insisté.

Par rapport à la même période de l’année dernière, elle a fait remarquer qu’il y a une baisse du nombre de cas de paludisme, du fait des activités de sensibilisation qui ont porté leurs fruits. Pour ce qui concerne le nombre de décès, Madame Diakhaté touche du bois puisque sur le nombre d’hospitalisés 101 au total durant la période juin-juillet et août, il n’y a que 2 décès de neuro-paludisme. Pour le mois de septembre, le dépistage du paludisme appelé Tdr (Test de dépistage rapide) qui permet en 10mn de diagnostiquer le paludisme a facilité la lutte contre le paludisme. A cause de ces tests, le diagnostic du paludisme est plus fiable, a conclu, le superviseur du district sanitaire de Mbour.

Amath Sigui NDIAYE

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !