Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Mars 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Accès aux soins : Une médecine de proximité pour promouvoir la santé - 22/10/2007 - Le soleil - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

« La médecine de proximité peut-elle promouvoir la santé des populations en Afrique ? » Tel est le thème d’une table ronde animée mercredi à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar. Les échanges ont démontré qu’un médecin généraliste en première ligne dans la campagne facilite l’accès aux soins de qualité aux populations vulnérables. Plusieurs enquêtes sociologiques, anthropologiques démontrent que l’accès aux soins de qualité est la troisième préoccupation des Sénégalais vivant dans les zones périurbaines et rurales. Pourtant, la couverture sanitaire reste encore très faible dans ces zones, malgré les efforts incitatifs du gouvernement sénégalais. « Malgré des efforts de recrutement de médecins dans la fonction publique par le gouvernement sénégalais, la santé des populations des zones périurbaines et rurales est prise en compte par les paramédicaux », indique le professeur Lamine Guèye de la Faculté de Médecine de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, par ailleurs représentant de l’Ong Santé Sud au Sénégal.

L’absence des médecins en première ligne a des répercussions dans la prise en charge des malades. D’abord, ces derniers ne peuvent pas être référés très tôt, en plus les paramédicaux n’ont pas vocation à soigner les pathologies. La conséquence, c’est l’aggravation de la maladie et l’augmentation du coût des frais de soins ou d’hospitalisation. « Sans médecins généralistes en première ligne, il serait difficile d’assurer une couverture sanitaire de qualité pour tous », fait remarquer le professeur Lamine Guèye.

Quelles stratégies pour fixer un jeune sortant de la faculté de Médecine de Dakar, dans un village sénégalais ? C’est tout l’intérêt de cette table ronde qui a vu la participation d’étudiants, de professeurs d’université, ainsi que de cadres du ministère de la Santé. « En Afrique, les médecins sont concentrés dans les centres urbains, il s’agit à travers cette table ronde d’identifier les stratégies pour déployer les médecins dans les zones urbaines et périurbaines », note le recteur de l’Ucad, le professeur Abdoul Salam Sall.

Le Mali a réglé la question depuis une décennie. Aujourd’hui, le nombre de médecins officiant dans les villages se compte par dizaines. Ils sont au total près de 112 médecins qui servent les villages et zones périurbaines au lieu de se bousculer dans les cabinets et hôpitaux de la capitale pour reprendre la formule d’un expert. Comment le Mali en est arrivé à ce stade ? Leur secret réside dans la mise en relation entre l’offre et la demande de la communauté, l’identification, et l’accompagnement des jeunes médecins désirant servir dans la campagne, leur formation afin qu’ils puissent être opérationnels en milieu rural, un stage auprès d’un médecin de proximité. « Il faut des garanties pour que le jeune médecin puisse aller s’installer dans les zones rurales. Au Mali, l’Ong Santé-Sud accompagne les jeunes médecins en leur fournissant un soutien », indique Seydou Coulibaly. Mais, il faut aussi un sacrifice et un sens du patriotisme des jeunes sortants des facultés de Médecine.

En plus de l’isolement, il est obligé de travailler tous les jours et prendre en charge toutes les spécialités et la sensibilisation. Il est sur le front curatif et préventif comme le docteur Seydou Konaté, dans le film documentaire, « Toro Si Té » projeté à cette occasion. Maintenant, il reste à savoir si les 287 étudiants en instance de stage accepteront d’aller servir dans les zones périurbaines et dans la campagne. En tout cas, c’est le vœu des organisateurs de cette table ronde et des autorités souhaiteraient que la médecine de proximité soit une réalité au Sénégal.

IDRISSA SANE

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !