Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Le Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM)


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Novembre 2018
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Septembre/Octobre 2018
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Septembre 2018
Consulter la revue


Soyez informés avant tout le monde !


logo_fb

logo_twitter


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

33 nouveaux cas enregistré jeudi - 27/10/2007 - Sud Quotidien - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

L’épidémie de choléra continue à se propager à travers le pays. A en croire le directeur de la Santé et de la prévention médicale 33 nouveaux cas ont été enregistrés avant-hier jeudi. Ces chiffres viennent s’ajouter à des milliers d’autres enregistrés dans plusieurs localités depuis l’apparition de l’épidémie le 3 août dernier. Le nombre total de cas de choléra cumulé s’élève à 2664 avec 13 décès, soit une létalité de moins de 1 %. L’épidémie touche sept régions sur onze. La dernière situation épidémiologique du choléra révèle que dans la journée du jeudi, 33 nouveaux cas ont été dénombrés au niveau national, avec la région de Diourbel qui arrive toujours en tête avec 27 cas. L’annonce émane du directeur national de la prévention, le Dr Pape Coumba Faye. Il a fait cette révélation lors d’un l’atelier de formation et de sensibilisation des agents de presse sur les statistiques sanitaires qui s’est tenu du 25 au 26 octobre à Dakar.

De l’avis du Dr Faye « Diourbel reste toujours la région la plus touchée avec plus de 80 % des cas répertoriés au niveau national, où essentiellement les villes de Touba, Mbacké et de Darou Mousty occupent la première place ». Une situation précaire qui fera dire au Dr Faye qu’il est toujours nécessaire d’insister au près des populations sur les messages de préventions et de lutte, parce que affirme-t-il, « nous le savons déjà, pour l’avoir vécu en 2005 -2006 », a-t-il insisté.

Et cette prévention, selon lui, est valable au niveau des toilettes mortuaires, où les Sénégalais ont un certain nombre de pratiques par rapport à la gestion des cadavres, car la personne décédée du choléra porte en elle des germes du vibrion. Et à ce niveau indique le directeur de la prévention, « il faut une prévention particulière sur la personne morte du choléra ». Cette forme de transmission du vibrion est d’une fréquence tels que les spécialistes insistent sur des mesures à prendre au niveau des morgues, des mosquées, au niveau des personnes chargées de ces activités pour qu’après avoir fait le nécessaire, qu’ils se désinfectent ou appellent les services d’hygiène pour faire la désinfection, ceci pour s’assurer « qu’ils ne jouent pas un rôle dans la propagation du vibrion cholérique »

Les régions de Diourbel, Dakar, Louga, Saint Louis, Fatick et Kaolack sont toujours concernées par la flambée de la maladie. La région de Diourbel constitue l’épicentre de l’épidémie où plus de 85 % des nouveaux cas de choléra sont identifiés.

Par Lalla CISSOKHO

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !