Santé tropicale au Sénégal - Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


LE KIOSQUE

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juillet 2017
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Mai/Juin 2017
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2017
Consulter la revue


COMPTE RENDU

Suivez l'analyse de nos experts sur le 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie (SFR 2016)

La 47ème émission de « En direct des congrès » était consacrée au 29ème Congrès de la société Française de Rhumatologie qui s'est déroulé à Paris du 11 au 13 décembre 2016. Les docteurs et professeurs Hachemi Djoudi, Samira Lehtihet, Houria Ayed, Serge Perrot, Thierry Conrozier, Nelly Ziadé, Fouad Fayad, Irène Kona Kaut et Stéphane Ralandison vous présentent leurs travaux et ceux de leurs confrères qui méritent votre attention - Plus d'informations


Suivez l'analyse d'experts sur les 23èmes journées Pédiadol « La douleur de l'enfant. Quelles réponses ? »

La 46ème émission de « En direct des congrès » était consacrée aux 23èmes journées Pédiadol qui se sont déroulées à Paris du 5 au 7 décembre 2016. Les docteurs Jean-Marc Benhaiem, Frédéric Lebrun, Daniel Annequin, Juliette Andreu-Gallien, Cécile Cunin-Roy, Elisabeth Fournier-Charrière, Barbara Tourniaire et Yannick Jaffré partagent leur expérience sur « la douleur de l'enfant ». Plus d'informations


A VOIR

Allo Amejjay : émission médicale avec des professionnels de santé

Allo Amejjay, émission médicale

NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque mercredi, la lettre d'informations de Santé tropicale.

Inscriptions et désinscriptions

Accueil > Santé tropicale au Sénégal > Revue de presse

Revue de presse

Brulures, constipation :principaux symptômes - 18/04/2006 - Le soleil - SénégalEnvoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Les brûlures à l’intérieur de l’estomac et la constipation sont les principales caractéristiques de l’ulcère. Mais ces manifestations ne suffisent pas pour conclure qu’il s’agit de l’ulcère. L’ulcère est une pathologie gênante. Elle se manifeste par des sensations de brûlure dans les parois de l’estomac ou des intestins lorsque l’individu a faim. Il se caractérise au début par des constipations et des ballonnements du ventre. Les picotements dans le ventre sont souvent calmés par les repas ou la consommation des produits laitiers ou les antiacides. Mais toutes ces manifestations ne sont pas suffisantes pour conclure que la personne souffre d’un ulcère.

« La douleur a des caractéristiques bien précises. Mais il existe aussi des cas où la douleur n’est pas aussi typique. Quand on a une douleur au-dessus de l’ombilic et que cette douleur est généralement calmée par des repas ou par des produits laitiers, cela fait penser à une maladie en rapport avec l’ulcère. Mais d’autres douleurs peuvent se manifester ainsi », précise le Professeur Mouhamadou Mbengue. Aujourd’hui, il existe des méthodes scientifiques qui permettent de déceler la maladie. L’endoscopie communément appelée fibroscopie est la technique la plus avancée pour détecter l’ulcère. « Actuellement, il y a un consensus sur l’endoscopie œsogastro-duodénale communément appelée fibroscopie. Elle permet de visualiser la perte de substance et de détecter les autres anomalies liées à l’ulcère », renseigne le Pr Mbengue. La durée de traitement ne dépasse pas plus de deux semaines. Mais tout ce temps le malade est soumis à un nouveau régime alimentaire non épicé. Il ne doit pas prendre des repas contenant des substances acides, du piment, du poivre. L’ulcère est une pathologie « récidiviste », c’est-à-dire que la personne guérie de l’ulcère peut la contracter quelques années plus tard ou même des mois. Le stress est l’un des facteurs qui est à l’origine de la réapparition de la maladie.

Mesures préventives
Le germe responsable de l’ulcère, « l’hélicobacter », se contracte en mangeant ou buvant de l’eau. Cela montre que tout le monde n’est pas à l’abri de cette maladie. Surtout qu’il n’existe pas encore de vaccin disponible.
Toutefois, les médecins donnent des conseils pour minorer les risques de contracter la maladie. Ils recommandent aux personnes d’avoir une bonne hygiène alimentaire. « La meilleure méthode de prévention, c’est de ne pas contracter le microbe parce que pour le moment, on n’a pas encore trouvé de vaccin », fait savoir le médecin-colonel Aboubakry Diallo. La maladie touche plus les hommes que les femmes. L’ulcère est surtout présent dans les Pays en voie de développement. Les spécialistes déconseillent la consommation abusive des médicaments gastro-toxiques. « L’aspirine et les anti-inflammatoires peuvent entraîner des ulcérations. Ce sont des médicaments à consommer avec beaucoup de précautions », dit le chef de service de la médecine interne de l’Hôpital général de Grand-Yoff.

I. Sané

Lire l'article original

Plus d'articles Sénégalais - Plus d'articles panafricains


Une question ? Une remarque ? Contactez-nous ?

SénégalSanté tropicale au Sénégal
Le guide de la médecine et de la santé au Sénégal


CARTE DU SITE




Connaissez-vous tous les sites web médicaux édités par APIDPM ?

Médecine d'Afrique noire électroniqueMédecine du Maghreb électroniqueOdonto-Stomatologie électronique

www.santemaghreb.com - Le guide de la médecine et de la santé au Maghrebwww.pediatrieafricaine.com - Pédiatrie africaineRencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI)www.sm2ea.com - Santé de la mère et de l'enfant en AfriquePaludisme d'Afrique noirewww.sorlaf.com - Société d'ORL et de Chirurgie Cervico-Faciale des pays d'Afrique Francophone


Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !